You houuu !

To follow in English, press one
Om te volgens in het Nederlands, zet op twee
Pour suivre en français, appuyez sur trois

 

Hello, hello, my dear friends,
I am glad to announce you that my temporary job will last a bit more. Actually my main colleague is unfortunately on long leave. 🙁 But therefore, her boss has asked me if I could work for them one extra month.  🙂
Well, well, I will have more time to practice Flemish 🙂 This is why I will try now to write my articles in three languages.

Hallo, hallo, lieve vrinden,
Ik ben blij jullie te kunnen aankondingen dat mijn interim-baan een beetje langer zal duren. Eigenlijk is mijn directe collega is helaas op lang verlof. 🙁 Maar daarom heeft haar baas me gevraagd of ik zou kunnen werken voor hen een extra maand. 🙂
Zo, zo, ik zal meer tijd hebben om Vlaamse te kunnen beoefenen 🙂 Dit zijn de reden waarom ik zal nu proberen mijn artikelen te schrijven in drie talen.

Salut, salut, chers amis,
Je suis fière de vous annoncer que mon job d’intérim va durer un peu plus longtemps. En fait, ma collègue directe est malheureusement en congé longue durée 🙁 Mais de ce fait, son supérieur m’a demandé si je pouvais travailler avec eux un mois de plus. 🙂
Voilà, Voilà, Je vais donc pouvoir pratiquer mon flamand. 🙂 C’est la raison pour laquelle je vais désormais essayer d’écrire mes articles dans trois langues.

Wish you a merry x-mas and a happy new year

Hello everybody, 

I would like to thanks all of you for this nice Christmas and New year time. 

Tante Bernadette : tout était parfait. Le parking, la déco, les repas, les entractes rubik’s cube, les desserts, et les propositions du questionnaire m’ont bien amusées également. Je n’ai pas encore goûté à tes confitures, mais, promis, aux prochaines grosses courses, on achète du pain pour les savourer 🙂

Baloo : J’ai vraiment adoré la pièce dans laquelle tu joues. Tu as bien fait de m’en parler. N’hésite pas à me réinviter l’an prochain.:-)

Adri :  J’ai passé un très bon nouvel an chez toi. Merci d’avoir établi un coin fumeur pas trop près de la salle à manger 🙂 , et merci aussi pour le café avant l’heure. 🙂 Merci à French pour le lait et pour s’être occupé des plateaux repas. Merci aussi à Saraï pour la musique, le rangement de la vaisselle et les biscuits. Merci à Pierrot et Julien pour l’ambiance détendue qu’ils ont su instaurer. 😀 Merci à tout les autres pour leur présence. Plus on est de fous, plus on rit. 

By the way, Julien, I have just read some pages of your brand new first book, I really like it. Can you keep one for me please? 🙂 

Dear all, I wish you a really happy 2016. Enjoy it, geniet ervan, savourez-là.

Puratos Company Groot-Bijgarden

Hello dears friends.

It’s hard to find time to write you.

It’s also hard to write in English in a good way, because I am right now in a Flemish company. You remember when I arrived in Poland, I did not knew English anymore, and it came back to me after three months. After four years without practicing Dutch, it’s time to practice again.

Zou ik zo vlaams praten nu? Amaï, zeg! Da’s erg moeilijk! 

It’s such a linguistic mass here. My boss is french-speaking, one of my colleague is bilingual French-Dutch & the other two ones speak mostly Dutch. And for my job, I usually have to write and speak English. From time to time, I have got the opportunity to practice Polish and Spanish… Hem I know really few words of Polish actually. ^^ and Hemhem… Did I studied Spanish once? I even don’t remember how to say « good bye » (Roger, Marta, Please! Help me! ) such a shame! … Only one solution… Erasmus again! \ 🙂 /  I would like to go in Peru. Or south America at least. ) In my office, we actually all speak many languages. Our typical conversations look like this:

– Éline : Est-ce que tu veux something te drinken?

– Catherine : Nie Dziękuję …Aâatchi!

– Anne : Salud!.

Well, I have to admit, it’s mostly only three languages-speaking, but, it’s still something quite interesting.

En ze babellen graag, hé! Zo heb ik nu Nederlands again in mijn kop. And my mind that becomes so big as a pumpkin.

What else?

I am working with Puratos, a company that exist all around the world and that has started in Belgium. They are making some basic product for bread and chocolate. The first week, my job consisted in sending emails, one by one. (Tayfun, I think they need you here) This should be possible to ask to a computer to do it thanks to only one click, but I don’t complain : thanks to this miss, I have got a job^^  Progressively, I got some other tasks, more interesting… For example, I have to help employees to log in for the first time into SuccessFactors (their brand new intranet platform). I have also to make sure that every country take part to webinars (a brand new word of vocabulary for me : it’s a kind of meeting on-line, like a skype, but that can be registered and it looks like you can share many materials with this program). So, I have to collect everybody’s answer in an excel file. Last week, I had also to help an Indonesian and a Chilean colleagues to come to visit us in Belgium. I ordered Taxi and Hotel for them. I could try to speak Spanish. I mean…prober hablar español ^^.

I like this job, and this place. But it’s really far away from Namur, where I am living right now. Every day, I have to wake up around 6 (What I also did in Łódź, actually), take a breakfast, go to the train station by car with a friend. Then, we take the same train to Brussels-South. He goes out of the train at Bxl Lux station, and I go out the train a bit after, at Bxl North. Then, he has got to catch the subway, and I have to wait for a bus from a Flemish company which is called « delijn ». This waiting place is disgusting. There is more waste out of the trash than inside : cans, cigarettes, plastic, glasses, chewing-gums, … beurk! Inside the bus, it’s not really best : inside the double glasses of the windows, you can see some water, due to antiquated materials. There is even a kind of algae inside this water. 🙁 … re-beurk! During the all bus trip, I can see as much beautiful building and trees full of waste. Exotic wastes actually… Who, what kind of people, is able to loose his shoes or socks or even his jeans in the middle of the road street? Who believes that a plastic bag or a coca-cola can will biodegrade, just like an apple? Can you imagine that this kind of giant trash is actually Brussels, the head of Europe? It’s not anymore »Bruxelles, ma belle », it’s « Bruxelles, poubelle »! Such a shame.

Once, I could even see something ridiculous : our bus was just behind a coca-cola truck. On its doors, we could read something like « Coca-cola is nature-friendly : our trucks respect the speed limit to emit less CO2 ». A few meters around, a one-month old Coca-cola can lied on the ground. Such a nature-friendly behaviour! Such an Irony. Such a shame.

Around 8:45 AM, my journey finally ends. At 09:00 AM, I arrive at the office to start my working time. Around half past five, my working day ends and it’s the same landscape, this time in the dark of the night of Belgian winter time. Around eight PM, I am back in Namur, and I go by walk to the board game cafe owned by my friend. Aux 3D Namur, he welcomes me warmly. I get use to some accustomed customers. 🙂 Around 22, we are together back in the flat, and we fall as asleep as stones. Eight hour after, the same story starts again.

There is no more level four in Brussels, and I have not seen more soldiers. It’s supposed to be still level three everywhere in Belgium. Actually, life looks like normal. Well, of course, there are some migrants in the train, asking some help to find their way. I can also observe that people are a bit afraid of each other. Two years ago, in the busses, people were mixed. No matter their skin, or sex. Now, I can observe that people prefer to sit near to someone like them. And you can observe something like this: black people prefer to sit at the end of the busses, women closer to the doors, (especially the ones with a children car), North African ones in the middle of the bus and white people in the front. I hope this will not last for years, because it looks like american racism from old movies and comic books. At the same time, I have to admit that i understand this behavior. It’s because of fear of stranger… I behave a bit the same way. I guess it’s our humain nature. And, you know, if everybody acts like this, I will be the strange one if I just don’t care about my seat when there is still some place near to young white woman… It has suddenly became significant to sit regarding to who looks like who. When we were, some years ago like m&m’s in a pack. No matter the color, we are all the same inside. Suddenly people believes that it has got some sense to sort ourselves. When actually, no matter if we are young or old; man or woman; white, black, yellow, red, beur, métis… ; Belgian or European, or migrant; …every of us might be a bad guy actually.

Migrants. They are lying on the ground, outside the station, sleeping, freezing, … sometimes they come inside the station, I guess to have a bit of warmness. They are also smoking inside the station. Nobody dares to tell them it’s forbidden. Come on. They are just humans looking for some warmness. Who will be the first one to blame them? And, at the same time, I don’t want people to get used again to smoke in public places. I would like the migrants to come to ours countries with a real wish to become one of us… and to respect our laws and habits. For sure, they need help to do so. :/ At the same time inside the station, voices says to be aware of pickpockets. Trains arrive too late in the station. I have to wait, rounded by strange people, looking at me with a joker face. I really don’t like those hours in the trains, stations, and busses.

I hope you are all feeling good at home my dears friends. Take care.

Another point of view

It’s really strange. Imagine that you have ever seen youself in front of only one mirror. All the time the same one. And once, you don’t really know why, you are suddenly in front of another mirror. Or maybe the same but, something has change. You, and the world around you is not anymore the same. That’s how we come back form an experience such as an EVS.

One month ago, I was in Poland, country in peace where all people look like each other : same history, same heritage, same religion, same language, let’s say … the same look. Now, I am back in Belgium, and have to cross Brussels every day to go to work.

Brussels. It suddenly appears strange to me how very different people are living there, all together, without knowing each other. Media says it’s cosmopolitan city. Actually, we are far away from a « living together ». Of course, we share the same city, the same streets, the same train, tram, metro and buses. But.

But I can feel that everybody has got his/her own bubble. People don’t really live together. Don’t know each other. They don’t speak together. Or really few. Citizen are all anonymous. Together alone.

And, suddenly, Brussels is not the same as before my trip in Poland. Every morning, I can see soldiers. Even if it’s not (yet?) war. Does it mean that war is coming? I guess, but I hope I am wrong. War is not far away from here. It’s our neighbor. It lives inside us, among us. Government act. We all would like to believe in them. We all would like to avoid a war (1).

Every year, we remember first and second world war… We wanna show that we have won the wars,… We finally forgot about everything we have lost. Individually. I wonder why to do such a commemoration, if we just don’t learn and repeat the worst part of history? Why do people want to fight again? What kind of people desire war, fears, sadness, darkness, destruction, death? What’s wrong with them?

I have been nine month in Poland, building Europe, building a brand new world where people from every part of the globe can live together, in peace, really, and try to do steps one to the others, try to understand other’s point of view. Open their minds to different way of living together.

And suddenly, I come back home, and people around me are speaking about war. (2)

Does it make sense to send young people abroad, speaking them about brotherhood of man, and then, suddenly ask them to fight together again another enemy? Do we build peace in order to be stronger if an other war appears?

Unfortunatey, Yes. That’s actually exactly why European Union has been created (3). Such a pitty.

I still would like to build peace here. But you cannot build peace with someone close-minded, that cannot imagine another point of view as a good one. That doesn’t want to open his/her mind.

Yes. Government should continue to send young people abroad. All of them. All of us should have one year of Erasmus, far away form his own culture, to think about what is « good » or « bad » by himself. To consider wearing another pair of glasses to see the world.

 

Cath.


 

  1. https://www.youtube.com/watch?v=GLQs0OrHiPY
  2. https://www.youtube.com/watch?v=KhHwdFeyt_A
  3. https://en.wikipedia.org/wiki/European_Union#History

 

I got a temporary job

Hello Tymienieckiego gang,

😀   I have got great news for you:  😀
Roger : I founded back my USB pen-drive. Thanks. 🙂

Tayfun : few days ago, my sister told me about a temporary job, I applied and fortunately, I got the job!  😀 I will start this Monday till February. As far as I understood, I will have to help people to understand their new intranet program. So, I will first learn very fast how it works, then, I will have to be ready to help them 🙂 It’s a challenge for me because it will be mostly Dutch-speaking, and I have not practice since soooo long…

Saši : I have past the last few days with my family, friends, and I have met some of my scouts-friends as well. Nothing as change. They are all exactly the same. Is it good news? For some of them, yes, … some others, I just would like to send them far away to open their mind. I guess some people just don’t dare, don’t want to try changing. According to me, it’s a pitty. But at the same time, some people just don’t care. I have to admit that we don’t all need this change in our lives. (I still have my Nokia’s when a smartphone would have helped me so many times in Łódź ^^)

Margaux: I have got the feeling that I have lived something really great in Łódź, something that everybody told me 9 month before : you’re so lucky. And now, that I have so many things to speak about, there is really few people who cares and want to listen to me about it. I am a bit sad, but I guess this is life.

Guigui : I know, my dear brother : you cared about my EVS. 🙂 😉

Fanny : As you can see, I try now to write in English in order to keep my level of language. I have also just done a language test on wallangues.be (You know, this website I had been at the beginning of my EVS to remember English vocabulary) I have improved my language level quite well : in march 2014, I was B1, and now, I am C1 (I am so proud! )

Francesca : I miss my personal hair dresser 😉 I realize now how kind you are. You helped me a lot to be more self-confident, but also to believe in people’s kindness. And I need you today. I have got the feeling that criticize people is so easy around me here :/ I don’t feel comfortable with this. You know, something like « It’s not a judgement, but… » It suddenly appears to me like something I used to do, but which is in fact really uncomfortable to keep good relationship with relatives. And I am afraid to be quickly that kind of person back. 🙁 I would like some advices, some discussion with you about this topic. I really miss our discussions. 🙂 When can we met on skype? 😀

Oh! And I was going to forgot about it : I was afraid to drive the car after 9 months without driving… finally, I could drive without stall 🙂 I remembered many gestures. Of course, if my guide is stressed, I can feel the stress as well (just like during fotofestiwal), and it’s harder to drive in a good way, but I have to manage with this anyway, this is learning.

I hope you all feel good my friends. I will continue to learn how to cook many cakes, and dishes in order to welcome you the best way 😉

Bisous,

 

Catherine.

 

Back to the future…←

Please choose your language :

 

Note au lecteur francophone

Ceci est un message à mes amis rencontrés en Pologne. Si vous n’êtes pas l’un d’eux, vous pouvez le lire, mais ça ne vous concerne pas vraiment. En plus c’est en anglais et assez long donc bon… À vous de voir, mais il se peut que ça vous semble moins captivant que d’habitude. ^^

Dear Tymienieckiego-Gang and other EVS friends,

I would like you to know how happy I have been this year with all of you. We had really great moments.

I arrived in Poland on second of February, let’s say, totally lost. I had no idea of who I was, what I wanted to become. I just knew that I had there an opportunity to do something else than fucking looking for a job. I knew that I wanted that kind of experience for a long time. Before this EVS, my only experience about « Erasmus » was one week in Flanders. ^^ Yes, It’s still in Belgium, but you know, we don’t speak Belgian, …We are that strange country where people don’t speak the same language in the North, the South, the South-East. So going in the North was already a kind of Erasmus.

Actually, I was supposed to be a Flemish Belgian as an EVS volunteer, because my sending organisation is Flemish as well (Even if it is located in Brussels, which is mostly French-speaking area ^^). But even if there is three communities in Belgium, we are still only one people. So I could do my EVS as a French-speaking Belgian, from a Flemish organisation located in Brussels. (Belgian Power!)

You know, during my Public Relations studies, I had learned English, Flemmish Dutch, and Spanish. Then, I have try some studies of speech therapist, and I lost there my knowledge and identity. So when I arrived in Poland, I had just lost my self confidence, and I even didn’t dare to believe I still knew a bit of English. I was mixing all the time with Dutch, and even Fanny could not helped me all the time because I tried to translate into English from Flemish or from Walloon.

With you, I have grown up a lot:

Firstly, I gained a fluently speaking in English (and Polish ^^), then I took the time to discover each of you… I learned that there is not « a good way » to dress, eat, speak, work, act, love, … there is just many. And finally, « be a good girl » just means « be kind ». So, I started to copy a part of you, the one I liked in you. <3 Thanks to Francesca, I started to dress in a more feminine way, and to love this « brave new me » 😉 I learned that I should not ask, but act, and let’s see. I have learned to trust in you. 🙂 <3

It’s time for me now to go back in Belgium, I guess my future is waiting for me there… :/ :S Months ago, I was afraid to go in an international company to work; like, … I didn’t deserve it. :/ But now, this is my dream. 🙂 I would like to visit every country in the world, or at least meet many people from abroad.

Et puisque j’ai décidé de tous venir vous rendre visite, Margaux, j’espère qu’il y aura une petite place pour moi à Lyon vers … février? Qu’en dis-tu?

I would like to met you all again in your country. And to welcome you as well in the country of Chocolate and Fritky 🙂 Let me know if you want to visit me. 🙂
I love you all. <3 <3 <3 <3 <3 <3 🙂

Take care,

 

Cath.

Nord de la Pologne

Bonjour à tous. Pardon d’avoir tardé à donner de mes nouvelles. Il faut bien avouer que, sans les photos sous les yeux, la tâche est moins simple. Je dois tout me repasser en mémoire, et ce n’est pas un exercice auquel je suis habituée. Peut-être ferais-je des fautes chronologiques tout au long de ma narration (1).

Vendredi : Hel

Vendredi matin, au milieu de la nuit, une cacophonie retentit d’un bout à l’autre de l’appart. Nos gsm, branchés (pour être bien chargés!), loin de nos lits (pour qu’on soit obligées de se lever !) nous réveillent. La tête dans le cul, on se dirige Francesca et moi vers la cuisine pour boire du thé, et manger un petit quelque chose avant de partir. On appelle Fanny pour vérifier qu’elle est bien réveillée et on finit nos bagages. Nos paupières sont encore lourdes, mais déjà un sourire se dessine sur nos lèvres comme pour dire : « Je vois que toi aussi, tu aurais bien dormi quelques heures de plus ».

Fanny appelle à son tour. Elle est en bas de notre immeuble et le taximan qui a tout compris se rapproche. Francesca et moi, on enfile nos doudounes, on ferme tout et on descend. Je mets mon gros sac à dos dans le coffre. Les copines, moins confiantes, préfèrent garder leur sac auprès d’elles et, bien qu’il y ait trois sièges sur la banquette arrière, je me retrouve sur le siège passager de devant, en mode copilote.

Nous voilà arrivées à la gare. 10 zloty. C’est moins cher qu’annoncé. Le weekend commence bien. 🙂 Le polskibus est déjà là. Je crois qu’il vient de Cracovie parce qu’il y a déjà du monde dedans. On se demande à quelle heure ils sont partis de là bas. Fanny et Francesca montent me garder une place le temps que je mette mon gros sac à dos dans le coffre, et c’est partit pour 5 heures de route en direction du Nord de la Pologne!

Au bout d’un moment, la pluie s’invite. Fanny craint un weekend tout pourri… En grande experte de la pluie (24 ans sur le sol Belge, quand même) je la rassure : « Il va pleuvoir pendant les 5 heures de route, et puis tout sera tombé et on sera tranquilles » (prononcez [trãkij], comme à La Roche; j’aime bien sensibiliser Fanny au charme de la culture Belge)… En tout cas, j’espère avoir raison; mais là dessus, je me fais confiance : j’ai toujours été sensible à la pression atmosphérique. La pluie tombe bien, ça ne durera pas.

5 heures de tentative de dodo plus tard, nous voilà arrivées à la gare des bus de Gdańsk. On rejoint la gare des trains. Je taquine un peu Fanny. En guise de « va te faire foutre », elle me dit, en anglais (pour que Francesca comprenne) « Go to Hell ». Ça tombe bien, lui dis-je, c’est la qu’on va! (humour, humour!) Voilà le guichet… c’est à mon tour de jouer! J’ai le plaisir d’être considérée par mes amies comme la plus débrouillarde en Polonais. « Chciałabymy jechac pociągiem do Helu » (« Nous voudrions aller en train à Hel ». Il va de soi qu’on veut y aller en train! ; je ne le précise que pour le plaisir de l’exercice et pour épater mes copines avec une phrase complète, héhé 🙂 –mégalomanie, le retour-) Nous flânons dans le sous-sol de la gare en attendant l’arrivée de notre train. Il y a un bureau du tourisme et nous y  récoltons quelques trésors (gratuits, cela va de soi) : une carte de la ville de Gdańsk avec les meilleurs restos et loisirs du coin (qu’on ne visitera pas parce qu’ils sont forcément trop chers), des cartes postales publicitaires un peu  moches, mais sur lesquelles il est écrit Gdańsk.

Il est temps de s’inquiéter de retrouver la bonne voie et le bon perron. Il y a quelques TV dans la gare, mais elles n’indiquent que la destination finale, pas les étapes, et puis, il faut s’assurer qu’on prend l’IC et pas le régional… parce que non seulement ça prendrait plus de temps, mais en plus, c’est pas la même compagnie, donc nos billets ne seraient pas valables. Quelques exercices de step plus tard, on trouve le bon quai, et on interroge les gens qui attendent déjà, histoire d’être sûres. C’est l’heure pour moi de redescendre de mon piédestal. Je ne comprends pas la moitié de ce que ces braves polonais me disent… Heureusement, il y a la gestuelle, et puis, on peut montrer nos billets…
« Tak, tak, tu. Tutaj. 🙂  » C’est plutôt rassurant. On reste là. Une fois le train en gare, on interroge cette fois le contrôleur avant de monter pour être certaines.
-Dzien dobry. To jest pociąg do Helu?
– Tak.
– C’est bon les filles, en voiture! Okay girls, let’s go!

Ça y est. Première réelle étape du week-end: Hel. Il fait beau. On s’arrête direct pour manger. Le poisson ne sera sans doute pas cher, on le trouve juste à côté. Évidemment, on ne comprend pas grand chose au menu, sinon les dessins des différentes sortes de poissons. L’échelle n’est pas respectée bien sûr, et nos connaissances en la matière sont relativement basiques, voire même moins que ça, … personnellement, c’est à peine si je sais distinguer un saumon d’une truite.

Je reconnais le mot « śmietana ». Je me dis que peu importe le poisson, du moment qu’il y a de la crème, ça ne doit pas être mauvais. Tiens? Du harang! À peu près le seul truc que je sais traduire. Mais c’est quoi ça déjà, comme poisson? Francesca commande le même plat que moi. On est servies rapidement. Fanny d’abord. Elle a un beau filet grillé. Mmmh ça à l’air bon. Puis Francesca et moi on reçoit une assiette pratiquement vide. Trois patates en chemise, un petit ravier avec la fameuse crème, quelques légumes… quoi? mais il est où notre poisson? … Apparemment, il est dans le ravier. Je ne me souvenais pas que le hareng était un tout petit poisson. On goûte. C’est salé. Très salé. Écœurément salé! Je comprends mieux Goscinny et Chesterfild.

tuniques bleues
Willy Lambil et Raoul Cauvin, Les Tuniques bleues , T.37 « Duel dans la manche », éditions DUPUIS 1995. Chesterfild détourne l’attention du vendeur en lui redemandant du poisson le temps que Blutch trouve de quoi payer. L’estomac de ce premier n’apprécie guère.
acidenitrix
Acidenitrix, personnage tertiaire de la bande dessinée « Astérix », de Uderzo et Goscinny, dans l’album « Le grand Fossé ». Tout au long de la BD, les personnages qui le croisent s’étonnent de l’odeur de hareng flottant dans l’air.

We are so disapointed! Francesca et moi on envie le plat de Fanny qui a l’air bien meilleur. Mais elle nous « rassure »… Il y a plus de peau que de chair dans son poisson.

L’appétit coupé, nous partons à la découverte de la presqu’île…

Hel
Il y a beaucoup de soleil et beaucoup de vent. (C’est normal qu’il y ait du vent, on est à la mer, et même au beau milieu)

 

 

hel_cypel
Les dunes ici sont assez fragiles,… Interdit de marcher dedans. Une sorte de ponton est mit en place pour que les touristes puissent tout de même observer la mer de près.

 

 

hel_plaza_2
Il y a aussi une plage, sur laquelle on peut aller sans problème, qui ressemble à un dépôt de bittes d’amarrage. Curieux. Limite artistique.

 

Et enfin, il y a un « fokarium« . Un genre d’aquarium avec des phoques, si vous préférez. On n’a pas visité mais j’aurais bien voulu. Sur les vitrines, on pouvait voir des panneaux de sensibilisation à la pollution des mers. Nombre de canettes, cigarettes, et tout un tas de trucs retrouvés chaque année sur la plage, photos d’animaux souffrant de la pollution … Les gens cherchent des endroits paradisiaques où passer leurs vacances, et au lieu de veiller à ce que ça reste un bel endroit, ils le polluent. C’est tout de même con! Est-ce-que ramasser ses capsules et canettes de bières, ses papiers plastiques, le bâton de sucette du gamin, les mégots de cigarette, ça demande un effort surhumain? Non. Je ne crois pas. Faut croire que c’est dans la nature humaine que de vouloir laisser une trace de son passage… Comportement déplorable. 🙁

Heureusement, le long de la passerelle dans les dunes, il y a moins de déchets, et la promenade fut agréable. Sur la plage, je me suis risquée à mettre les pieds dans l’eau. Elle était froide, mais c’était tout de même agréable. J’ai aussi été surprise par la couleur de l’eau. Pour ceux qui ne me connaissent pas, il faut savoir que j’ai toujours passé mes vacances d’été à la mer du Nord, où l’eau est plutôt brunâtre que bleue. Même si un ami m’avait déjà affirmé que l’eau en Croatie était bleue, je restais persuadée que l’eau de mer bleue était une sorte de mensonge photoshopé des catalogues publicitaires aux destinations de vacances paradisiaques. Bon, c’était pas non plus vraiment très bleu, mais on était loin de l’espèce de vase de la vlaamse kust.

Le soir, on a dormi dans une auberge de jeunesse. On avait deux lit doubles pour trois. Fanny a joué à pile ou face celle de nous qui dormirait seule. J’ai eu ce privilège. Nos voisins célébraient un anniversaire et nous ont invité à se joindre à eux, mais on était claquées par notre demi nuit dans le bus, nos trajets en train et à pied avec nos sacs…  Nous avons décliné poliment, pris une douche et dormi comme des loirs.

Qu’Hel aventure! Et ça ne fait que commencer.

Samedi : Gdynia et Sopot 

Malgré la fatigue de la veille, je me suis réveillée de bonne heure. J’en ai profité pour écrire mes cartes postales. À propos de cartes postales, il faudra qu’on m’explique cette manie qu’ont les vendeurs de cartes postales de ne jamais proposer le timbre qui va avec, et encore moins un timbre européen. Pff! Soit. J’ai petit-déjeuné avec les « choco-princes » de Fanny (ou plutôt des « Hit » mais en soi, c’est pareil.) Ensuite, on a replié bagage, on a avalé un choco chaud puis on a repris le train vers Gdynia.

On a déjeuné à grand coup de pizza, puis on est parties à la découverte de la ville. Gdynia est un peu plus au sud de Hel. C’est une ville portuaire, alors on a surtout regardé les bateaux. Beaucoup étaient hors de l’eau, et c’était bizarre de voir la partie normalement immergée. Ça semblait beaucoup plus grand. On s’est aussi un peu arrêtées sur la plage pour retrouver notre âme d’enfant : Francesca savourait le chant des vagues, Fanny faisait des pâtés de sable, et moi je partais à la chasse au coquillages exotiques. Quelques oeuvres d’arts plus tard, on est reparties vers Sopot. Grosso-modo, c’était encore la même chose : la mer, plus ou moins accessible, … Mais il y avait cette étrange galerie commerciale, digne de l’architecte Numerobis, ou comme sortie tout droit d’un roman de Lewis Caroll…

1624-Sopot-krzywy-dom

Et puis, ce ponton allant loin dans la mer, sur lequel on a pris pleins de photos tant bien que mal, car il y avait du monde.

sopot ponton

Une fois la lune levée et le soleil couché, on a diné au Greenway puis repris le train une fois de plus pour Gdańsk, où nous avons rencontré Oscar, l’ami de Marta. Denouveau, deux lits doubles. Sauf que c’était quand même sa chambre. Bien sûr, ça ne le dérangeait pas de partager son lit avec l’une d’entre nous, mais puisqu’il y avait des tapis de yoga et de la place pour improviser un autre lit au sol, on a préféré choisir à pile ou face celle de nous qui dormirait au sol. Francesca était enchantée de dormir pour la première fois de sa vie dans un sac de couchage à même le sol… Mais pendant la nuit, je l’ai quand même vu remuer pas mal de fois, histoire de trouver une position confortable. Lol. Elle s’en est bien sortie. 🙂

Dimanche : Gdańsk

La ville de Gdansk est la sixième plus importante de Pologne. Et son port est le plus important du pays. Certains bâtiments de la ville m’évoquent le quartier du Grognon, la place d’Armes et la Halle al Chair de Namur. Les autres ont davantage des airs d’Antwerpen. Je ne sais pas pourquoi, il y a quelque chose de similaire dans l’architecture. Peut-être est-ce juste dû au canal. Enfin, par moment, il y a dans les toits des cercles, qui me rappellent carrément les cerceaux du qwiddich.


(1) Fanny si tu passes par ici, n’hésite pas à me rafraîchir la mémoire 😉

Pour l’instant, mon article est illustré avec des photos issues d’Internet (principalement Wikipédia), j’attends les photos de Fanny pour vous montrer quelque chose de plus personnel (et pour récupérer des souvenirs).

 


Merci à tous les internautes qui m’ont suivie dans cette aventure. Tous vos commentaires m’ont fait plaisir (même si je ne les ai pas toujours affichés) Je suis toujours contente d’apprendre qu’un de mes articles est apprécié. J’ai eu beaucoup de plaisir à écrire également, et je pense que je vais essayer de continuer, mais je ne sais pas encore à quel sujet. Pour les mois qui viennent, je vais reprendre l’animation scoute à La Roche, reprendre des cours d’autoécole, peut-être m’inscrire à un conservatoire de musique, et j’aimerais aussi reprendre la tapisserie.

… Ah! et, accessoirement, je vais reprendre ma recherche d’emploi aussi. 😉

Et pour ce qui est d’entretenir mes connaissances en anglais (voire en polonais, mais j’ai un doute), ça va beaucoup dépendre de mon job, parce que Wallangues c’est bien beau, c’est très bien foutu, mais les langues, ça s’apprend par la pratique.

 


 

Fin de mon EVS en Pologne.

Envie de te lancer à ton tour dans l’aventure? Viens surfer par ici:  https://europa.eu/youth/be/article/46/3269_en

 

 

Week-end à Gdańsk

Bonjour à tous.

Cette nuit, avec Fanny et Francesca, nous prenons le Polskibus pour un dernier citytrip avant mon retour en Belgique.

Nous allons visiter le nord de la Pologne. Il parait qu’il fait plus froid que dans le centre… Jusqu’ici, le temps à Łódź est semblable que ce qu’on a à La Roche-en-Ardenne, alors je m’attends forcément à quelque chose comme à la mer du nord pendant les vacances de Toussaint… tout en me préparant à légèrement pire. Et de toute façon, si c’est bien pire, … Hé bien, je n’ai quand même rien de plus pour m’y préparer au mieux. On fera avec. 🙂

Programme :

  • Vendredi 04h15 : départ de Łódź
  • Vendredi 09h30 : arrivée à Gdańsk, puis train direct vers Hel
  • Vendredi : visite de Hel puis dodo sur place
  • Samedi matin : départ de Hel vers Gdynia
  • Samedi : visite de Gdynia et Sopot puis retour à Gdansk (dodo à l’appart d’un copain de Marta (qui est une amie de Samuel, qui quant à lui, présentait avec Cata les « movies nights »* au Kobiety Office, jusqu’à ce que Victor ne reprenne le projet; il ne s’agit donc pas de Marta Alemany, ma collègue Espagnole (pardon!) Catalane 😉 ))
  • Dimanche matin : Visite de Gdańsk
  • Dimanche : départ de Gdańsk à 18h45
  • Dimanche : arrivée à Łódź à 23h59

google map

 

J’espère que Francesca et Fanny prendront plein de photos, psq mon appareil a un problème de zoom.

*D’ailleurs, à propos des Movies Nights, … Hier, Victor nous proposait « Back to the future ». L’occasion était effectivement trop belle, puisque le 21 octobre 2015 est justement la date d’arrivée de Marty dans le deuxième film. Nous avons vu ensemble le premier film, qui reste poilant, il faut bien l’avouer. Et je pense que c’est plus drôle en anglais qu’en français, parce que le deuxième film, que j’ai vu juste après en français m’a semblé vachement moins rigolo… (ça a comme un petit côté « réchauffé »…)

Enfin bref, à lundi pour les nouvelles du week-end. 🙂

 

L_D_F Lodz Design Festival / Fêtes des lumières / Mariage d’Ola

12144806_1143300539031956_7702030841471724170_nCes temps-ci, mes collègues EVS sont assez agité(e)s. Et pour cause : le Lodz Design Festival a ouvert ses portes il y a quelques jours. Vendredi en fait. Bien que je n’aie rien à voir avec l’événement, mes collègues m’ont donné un pass « Staff ». Grâce à ce badge, je peux circuler librement dans tous les lieux aménagés à l’occasion du festival, j’ai droit à des réductions de prix sur mes achats, et j’ai le droit d’entrer dans les soirées privées. (Avec buffet à volonté ^^).

J’avais envie de me joindre à l’équipe, alors je me suis trouvée une super bonne raison de venir « travailler » même le weekend (histoire de récupérer des congés ^^) J’ai gribouillé quelques lettres sur mon badge, transformant ainsi « staff » en « Supporting Team As a Freak Friend ». Désormais, je me charge de soutenir le moral de l’équipe. Besoin d’une barre de chocolat ou d’un café? Je m’en charge! Besoin de se détendre? Ça tombe bien j’ai juste ce qu’il leur faut d’XP en massage!

11987123_1060921347252966_5663957478374393618_n

Ma petite protégée à ce niveau, c’est Francesca, ma cokotteuse. Je l’aime comme une grande soeur. Comme elle a étudié le design, ce festival lui parle énormément. (Autant que le fotofestiwal parlait plutôt à Saši et Marta). L’équipe a passé plusieurs semaines à interviewer des designers originaires de Łódź, et à visiter différents musées et lieux-clefs de Łódź. Désormais, mes collègues EVS connaissent super bien la ville, et alors qu’en arrivant ici en février, ils la trouvaient tous moche, grise, vieille et triste, ils lui trouvent aujourd’hui un certain charme, et savent qu’ils auront des larmes dans les yeux à la fin du projet.

Tous ensemble, ils ont élaboré un catalogue. Marta, qui est journaliste, s’est chargée des interviews et de quelques photos; Saši qui est photographe a pris plein de photos également, Roger qui est prof de langue s’est chargé avec Fanny qui est assistante de direction de rédiger des textes descriptifs en anglais, et Francesca, qui est designer s’est occupée de l’aspect graphique et visuel du catalogue. Elle est vraiment très impliquée. Elle passe des jours et des nuits sur ce catalogue, remettant sans cesse son métier à l’ouvrage. Elle a un courage et une force qui m’impressionnent énormément. C’est pour ça que j’ai envie de l’aider. Je sais aussi que l’Italie lui manque beaucoup, alors je l’accompagne de temps à autre pour une vraie pizza, comme ça elle peut papoter en italien avec le pizzaïolo.

22228_10153517486125339_8243496566019625663_nCe week-end c’était aussi la fête des lumières à Lodz. De ce que j’ai vu, il s’agit surtout de faire sortir les gens de chez eux malgré le froid et la nuit qui tombe plus vite. En gros, il y a des spots multicolores pour éclairer les façades de Piotrkowska, de temps en temps, une projection sur les façades, mais il ne faut pas chercher à mettre du sens sur les animations, ça bouge, c’est tout. Des bracelets, lunettes et autres brols lumineux et multicolores sont vendus à tous les coins de rue. De mon point de vue, ça ne vaut pas le spectacle du fantôme à La Roche. Cependant, si on s’éloigne un peu de Piotrkowska, on découvre quelques jeux de lumières plus sympa, comme des guirlandes d’abats-jours.

12066068_10208057060653351_2728005725862900938_n

Enfin, samedi soir, j’ai aussi accompagné Fanny à la messe de mariage de sa mentor, Ola. (Oui, ils se marient à 19h…) Je suis parvenue à identifier quelques mots, comme ojciec, syn, miłość (qui est bien revenu 15 fois dans la bouche du prêtre). Fanny et moi on était très surprises parce qu’on croyait les polonais très catholiques, mais que seule la vieille dame derrière nous suivait la messe en chantant, les autres étaient sans doute aussi perdus que Fanny et moi. Et au moment de la communion, on s’attendait à ce que tout le monde se lève en file pour aller chercher l’hostie, mais seules deux personnes se sont levées (même pas la vieille derrière nous). Autre détail amusant: Ola avait demandé à ses invités de ne pas apporter de fleurs, mais plutôt une bonne bouteille. Et tous les invités avaient leur bouteille d’alcool près d’eux pendant la messe. Je crois qu’une telle scène en Belgique ferait plutôt mauvais genre… Mais les bouteilles étaient joliment décorées, et ce n’était finalement pas si choquant, juste… bizarre. À la toute fin de la messe, on a été surprises une fois de plus car une fois la marche nuptiale jouée, plus rien, plus de musique, ni de paroles, les invités marchaient vers le fond de l’église en silence. Tout le monde restait dans l’église, à faire la file vers la sortie, pour féliciter les jeunes mariés et leur offrir la bouteille. ^^ ça a duré assez longtemps que pour qu’on loupe notre tram Fanny et moi. Et il faisait un froid de canard. En plus juste après on devait rejoindre l’équipe du LDF pour un drink.

 Ah ! Et, au fait : ça y est. Il neige.

Compétition

Bonjour à tous,

Depuis un bon mois déjà, notre professeure de polonais, Michalina, nous concoctait un concours, avec des prix à la clef. Bien que mes camarades de classe vantaient souvent mes mérites en matière d’usage de la langue de Rosinski,
(Regardez-moi cette frimeuse!) je savais que ce n’était pas gagné d’avance.

En effet, Roger a étudié cette langue auparavant, il a eu une histoire d’amour avec une polonaise, il connait peut-être même des choses que nous n’avons pas vues en classe ; quant à Saši, elle est slovaque, elle parle donc couramment une langue cousine du polonais. Lorsqu’elle ne connait pas un mot en polonais, elle peut tenter la version slovaque, elle a de fortes chances d’être comprise…

L’ennui avec les concours, c’est qu’il ne suffit pas de connaître. Pour gagner, il faut être le meilleur! J’avais donc en face de moi deux adversaires de taille, et quatre autres adversaires a priori inoffensifs mais qui pourraient de ce fait me surprendre. On connait tous la légende de Berthe de La Roche dans laquelle Waleran est lamentablement jeté au sol par un frèle chevalier vêtu de noir…

Consciente de mes possibilités, j’ai décidé de ne rien laisser au hasard, et j’ai révisé! (Je vois venir les sarcasmes du style : « Quel exploit! » mais sachez que je suis sans doute la seule; les autres élèves de la classe se fichent bien d’apprendre le polonais – du moins, c’est ce qu’ils prétendent)

Par contre, j’aime savoir à quelle sauce on s’apprête à me manger, et là, je ne savais pas très bien si je devais miser sur la connaissance du vocabulaire, de la grammaire, de la prononciation ou de l’orthographe… S’agissait-il d’être le plus rapide, ou de donner un maximum de bonnes réponses? Et lorsque le concours a commencé, je ne savais toujours pas combien de points étaient finalement en jeu, combien de questions allaient m’être posées, quelles étaient les règles du jeu, en somme. Si j’avais eu connaissance des règles du jeu avant la partie, pour sûr c’eût changé la donne. (Oh la mauvaise foi!)

Le concours était divisé en quatre parties : grammaire, vocabulaire, prononciation et culture générale. Chaque partie était ensuite divisée en deux manches. J’étais à chaque fois la première à entamer la première manche. De ce fait, j’avais moins de temps que mes compagnons pour appréhender les questions. (Vraiment de mauvaise foi!)

À un moment donné, lors de l’épreuve de prononciation, Michalina me propose un quitte ou double. J’essaye d’en savoir plus sur le niveau de difficulté de chaque proposition, mais pas moyen d’en savoir plus que « une phrase – un point ; deux phrases – deux points ». J’hésite. Je connais le proverbe : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras peut-être »…  Ce serait vraiment trop bête de perdre par vanité…

Un peu à contre-coeur, je choisi la prudence. Surprise! Ce n’est pas du tout une phrase à prononcer. Il s’agit juste de deux paronymes. Deux mots dont la prononciation est fort semblable, en l’occurrence « Sześć » (= six) et « Cześć » (= salut). Trop facile. Ahurissant de facilité. J’ai mon point sans difficulté. Saši quant à elle tente la question « difficile » à deux points. Oui, « difficile », avec des guillemets. En fait, il s’agit tout simplement de lire rapidement la série suivante : « Trzy – Cztery – Trzy – Cztery – Cterzy – Trzy – Trzy » (3-4-3-4-4-3-3).

dégoutée !
Punaise, hé vazy!    Chui trop dégoutée, là! Chui vénère!

Face à la déconcertante facilité de cette question prétendument difficile, je proteste énergiquement. Je demande à pouvoir repasser une question à deux points. Hélas, rien y fait. Mes efforts sont vains. Sous prétexte que j’ai pu choisir mon niveau de difficulté, je reste avec ma question à un point, espérant que d’autres occasions de récupérer des points se présentent.
(Tss, mais quelle mauvaise perdante!)

Enfin bref, j’ai fini 3 ème. Avec 9 points sur 10. Roger et Sashi ont eu 10 points chacun et Michalina leur a proposé une dernière question. Roger a remporté la victoire et un album photo signé Eva Rubinstein (la ptite fiotte d’Artur Rubinstein, le pianiste). Sashi et moi, on a gagné chacune un livre pour enfant en polonais. Elle sur les chiffres et moi sur les couleurs.

Bah, de toute façon, je préfère le livre pour enfant, il est plus fun, l’album photo ne m’aurait pas parlé. Je soupçonne ma professeure d’avoir anticipé (adapté?) nos points pour offrir à chacun de nous ce qu’elle avait envie de nous offrir. (Elle savait que je cherchais un truc à partager avec mes neveux et nièces.)

Et puis d'abord, je le méritais ce point, et même quand les autres ils savaient pas, moi je savais, et de toute façon, je sais bien que c'est moi la meilleure! Voilà ! Na!
Et puis d’abord, je le méritais ce point! Et même, quand les autres ils ne savaient pas, moi je savais, et de toute façon, je sais bien que c’est moi la meilleure! Voilà ! Na!