FOA : Fermeture, Otages , Amélioration ?

Attention ça déménage!

Depuis quelques temps, le conseil d’administration de la FOA nous parlait d’un grand rafraîchissement. Peinture, nouveau bar (c’est-à-dire nouvelle cuisine équipée offerte par un sponsor). On savait que ça allait venir prochainement. Et que pour obtenir effectivement l’aide de la commune, il faudrait être sur les « starting blocks » lorsque celle-ci voudrait lancer les travaux.

Mardi, la commune annonçait à notre bien-aimé président (Philippe Clerebaut aka Flupke, depuis la dernière AG) que les travaux de peinture pourraient commencer mercredi. Flupke à décidé de ne prévenir personne pour avoir un maximum de bras disposés à tout déménager. Le petit malin! Je trouve qu’il a eu raison d’agir de la sorte. Bien sûr, certains diront que s’ils avaient su, ils n’auraient pas pris leur sacs et toutes leurs affaires, et qu’ils se seraient peut-être habillés autrement. Et peut-être que pour certains, c’était la vérité. D’autres auraient sans doute privilégié le tir-au-flanc au tir-à-l’arc. Cette manoeuvre était peut-être un peu maladroite, mais elle a porté ses fruits, car au final, tout a été déménagé dans une très chouette ambiance. Et toutes les personnes présentes seront contentes après coup d’avoir contribué à l’embellissement de la salle.

Crédit : Philippe Clerebaut

En ce qui me concerne, je suis arrivée à la FOA en sachant ce qui m’attendait. Je me suis donc changée avant de partir et je n’ai pas pris mon matériel. Car en effet, depuis quelques temps, un groupe de jeunes femmes intéressées par la pratique du tir à l’arc m’a désignée comme intermédiaire privilégiée avec la FOA. Ce groupe se fait appeler « les amazones du mardi soir », et a acquis récemment une nouvelle membre, Roxane. Dès son arrivée sur le groupe facebook des Amazones, j’ai prévenu Roxane de la démarche à suivre : envoyer un mail à la FOA via le formulaire de contact pour prévenir de son arrivée, afin que les organisateurs soient certains d’avoir assez de matos et de formateurs. Elle est revenue vers moi en m’expliquant que la FOA lui avait dit « pas possible – travaux ». J’ai donc contacté Sébastien Van Cau., notre bien-aimé secrétaire, pour lui demander confirmation. Ce qu’il a fait. Grâce à cela, j’ai pu mettre des vêtements appropriés et éviter de trimbaler mon arc dans les transports.

Quand nous sommes arrivés, Pierre-Yves et moi, on a d’abord eu l’impression qu’il n’y avait déjà plus rien à faire. En effet, dans le bar, tout était vide : Il n’y avait plus de tables, plus de chaises, plus de coupes sur l’appui de fenêtre. Sur le pas de tir, les posters des tirs du roi avaient été retirés. Dans le vestiaire, plus de tables, plus de planches et coupes, même les crochets pour mettre nos vestes avaient été décrochés (le comble!). Et pourtant! Il y avait encore du travail!

– Dans le bar, il fallait encore vider les frigos et les déplacer (attention à la marche!) (puis les re-remplir, pour gagner de la place dans le cagibi d’à côté, où on a tout stocké)
– Dans le vestiaire, il fallait encore déplacer les armoires de matos
– Dans le cagibi à matos, il fallait retirer les blasons, les étagères, les arcs, … (heureusement qu’on avait les skates bord pour déplacer tout ça, parce que l’air de rien, ça faisait son poids!)
– Dans le couloir derrière, il fallait pousser les casiers contre le mur de paille

Crédit : Philippe Clerebaut (même si la photo a été prise par Marianne). Tout au fond à droite, Flupke lève les bras. « Ca y est! On a fini. Bon travail les gars! » Juste devant lui, à droite, c’est Alain Carlier. Un peu plus à gauche, en rouge, c’est Ly. Plus à gauche encore, la paire d’yeux perdue derrière Aline, c’est Daniel Péters, notre bien-aimé trésorier. Puis Laurent Royen peut-être (je n’arrive pas à identifier parce que la photo est trop floue). Ensuite, derrière Malou, c’est Mathias, un autre bien-aimé membre du comité. Puis Akylas, ex-vice président du club et mon parrain FOA, Ensuite Kamil. Puis, le monsieur à casquette au dessus d’Alain, c’est Léon. Devant Alain, vous m’avez reconnue à côté de Pierre-Yves. Derrière Alain, mais devant Léon, un peu plus à gauche, c’est Eric, le rigolo de service. (Pour ceux qui ont fait les scouts avec moi, ses blagues sont du niveau de Phacochère) Ensuite un peu plus à gauche encore, en orange, c’est Sébastien Van Cau., notre bien-aimé secrétaire. Puis vous avez (en descendant) : Willy, Edyta, et Senda. Ensuite, à gauche d’Edyta, avec une casquette aussi, il y a Daniel Rousseau dit « Bip » (comme coyote et bip bip, des Looney Tunes). Ensuite, toujours de haut en bas : Arnaud, nouvelle recrue déjà passionné et qui a déjà mal au coeur de devoir s’entraîner dans un autre club pendant un mois. Puis Marek, le père de Kamil. Paul, et enfin, tout à gauche : Senda! Tout le monde hélas n’est pas présent sur la photo. J’ai aperçu d’autres archers qui nous ont prêté main-forte (je cite ceux que j’ai vu, désolé si j’en oublie: – Dalila et son père; – Zoe et Ivan – Marianne (qui prenait la photo) – Angelo – Claudio – Stéphanie

 

Le club est fermé pour maximum un mois, mais le GSR et le GPE mettent leurs infrastructures respectives à disposition de nos archers, notamment pour le championnat de Bruxelles.

J’ai hâte de revenir dans mon club une fois qu’il sera tout beau, tout repeint, et de participer à nouveau à du nettoyage et du déménagement pour faire de ce club une pure merveille! 🙂

Vive la FOA!

Baptême FOA et pièce de théâtre

Salut à tous,

Connaissez-vous la Flèche d’Or d’Anderlecht, bvd Sylvain Dupuis? Cet endroit sent bon Bruxelles. Le vrai Bruxelles, fieu! Ou les sympatieke peyes et les shoene mokkes se retrouvent pour bander (leurs arcs) et tirer (leur flèches)…(mais keske t’avais encore en tête, stoeme kleût?)

Ça fait presque un an que j’étais membre adhérante. Mais hier, la FOA a invité le pas-si-grand Saint Nicolas à l’occasion du baptême des membres adhérants. Après que Saint Nicolas nous ait offert à tous un paquet de bonbons, André à appelé tous les futurs baptisés et leurs parrains. Soutenus par nos parrains et marraines respectifs-ives, nous étions douze à passer les trois épreuves suivantes :

  1. « La main dans le sac » :
    Pour la petite histoire, le chien de Jean-Paul avait malencontreusement avalés quelques objets, qui l’ont rendu malade. Jean Paul a pris soin de disposer la chiasse de son chien dans douze petits sacs en plastique et notre mission était de plonger la main dans le sac en question pour récupérer ces objets. Heureusement que nous pouvions compter sur nos parrains/marraines respectifs pour nous aider à nettoyer ces objets, parce que Jean-Paul tenait à ce qu’on les nettoie à la bouche… Désolée pour toi, Aky.
  2. « Banana split » :
    Un peu plus glamour cette fois-ci, une banane au chocolat entrouverte et suspendue à un fil, à manger sans faire usage de ses mains. Une fois de plus, j’ai pu compter sur le soutien d’Akylas, mon parrain. Je vous laisse admirer le résultat. (Qui a dit qu’on ne peut pas jouer avec la nourriture?)
  3. « Forte tête » :
    Parrain et filleule devaient parcourir une certaine distance en maintenant un ballon entre leur têtes. Arrivés à destinations, ils devaient ensuite pousser de toutes leurs forces sur le ballon jusqu’à ce qu’il explose.

Akylas, mon parrain m’a soutenue dans ces épreuves, et tout s’est bien passé. 🙂 Me voici donc officiellement membre de la Flèche d’Or d’Anderlecht. J’ai même reçu un blason pour l’occasion, à coudre où je peux sur les vêtements que je porterai lors des cérémonies officielles telle que le banquet de fin d’année. En principe, les hommes portent l’uniforme officiel et les femmes s’habillent comme elles veulent. Je pense que je vais voir à adapter le costume masculin. Normalement, il s’agit d’un pantalon gris, une chemise bleue claire, un veston bleu marine et une cravate rayée jaune et noire.
Je peux chercher pour une robe bleue claire, un leggins gris, un blouson bleu marine et un foulard jaune et noir 🙂

Ensuite, tous les archers présents ont participé au tir au ballon. Chacun a mis l’une de ses flèches dans une jarre. Ensuite, notre bien-aimé président les a jetées au sol comme un jeu de Mikado géant, et les a ensuite ramassées au fur et à mesure pour former six équipes de 5 à 7 joueurs. Devant les cibles, un tas de ballons de baudruche multicolores attendaient d’êtres transpercés de flèches pour libérer leurs formidables cadeaux. Équipe après équipe, nous allions donc sur le pas de tir, à dix-huit mètres des cibles (douze pour les 5 plus jeunes archers) avec une flèche chacun pour tenter de remporter de beaux cadeaux. Parmi les cadeaux les plus simples (comme des fruits ou des friandises), se cachaient 9 cadeaux plus importants. : six boites de pralines et trois bons d’achats pour du matériel d’archerie.
Je n’ai pas obtenu de cadeaux extraordinaires, mais j’ai la fierté d’avoir tiré le dernier ballon, juste après Dalila, qui vient d’emporter le championnat du monde de tir à l’arc à Marrakech. 😀

Je terminerai par une proposition que m’a faite ma toute nouvelle colocataire, Nadia, ce samedi matin (avant le baptême de la FOA, donc). Son amie Chachou voudrait monter une pièce de théâtre, et Nadia m’a invitée à en faire partie. Je suis impatiente de rencontrer les cinq membres actuelles de cette troupe, et d’en savoir plus sur le public visé, le style de théâtre, et les modalités pratiques, du type où et quand se réunir pour les répétitions.

À très bientôt pour les nouvelles,
Bisous,

Cath (Catheke pour mes amis archers)

Il s’agit de prouver que j’ai plus d’une corde à mon arc!

Hello Guys! I hope you are fine. From my side, everything is going all right.

Salut tout le monde ! J’espère que vous allez bien. Pour moi, tout est niquel!

You may be don’t know that since few months I am doing some archery. I had ever tried before, few years ago, in my home city, during one year. Therefore when my lovely flatmate invited me to join him, I accepted cheerfully.

Vous ignorez peut-être encore que, depuis quelques mois, je me suis remise au tir à l’arc. J’avais déjà eu l’occasion d’en faire pendant un an, parmi les archers du comte Henri, à La Roche-en-Ardenne. Aussi, lorsque mon charmant colocataire m’a proposé de me joindre à lui, j’ai accepté son offre avec joie.

I first came a bit like a tourist, eager to know if I had kept a good level. The atmosphere was really nice, and lots of used archers came to advice me. It gave me the envy to come back, then to buy my own bow.

Je suis d’abord venue un peu en touriste, curieuse de savoir si j’avais gardé un niveau raisonnable. L’ambiance était très agréable, et beaucoup d’habitués sont venus me donner des conseils. Ça m’a donné l’envie de revenir, puis bientôt d’acquérir mon propr’ arc.

In a first time, I dreamed to buy a long bow, beacause it is at the same time simple and noble. Daniel advised me to try Patricia’s bow. While discussing with her, I realized that this kind of bow, because it is less powerful, is rather to use on small distances. But there are only three close targets, and those are often used. (By newcomers, but also by used archers that want to try another material in safety conditions.)

Dans un premier temps, je rêvais d’acheter un « longbow » pour le côté à la fois simple et noble. Daniel m’a conseillé d’essayer celui de Patricia. En discutant avec elle, j’ai réalisé que ce type d’arc, parce qu’il est moins puissant, convient plutôt pour du tir sur courte distance. Or, il n’y a que trois cibles rapprochées dans la salle, et elles sont très prisées. (Par les nouveaux, mais aussi par les bons tireurs, lorsqu’ils changent de matériel, par exemple, le temps de s’habituer à la puissance de l’arc ou à son comportement.)

I prefer to progress quickly. Therefore, I forgot the idea of the long bow for now. Last Saturday, Pierre-Yves went with me to Marie-Claire, in Vilvoorde to help me buying a bow that would at the same time fit and seduct me. I opted for a recurve in aluminum. I am joyful and opt for blue and pink material. I am sure it will fit to the club’s T-shirt. 

J’ai envie de progresser rapidement. J’oublie donc l’idée du longbow pour l’instant. Samedi dernier, Pierre-Yves m’a accompagné chez Marie-Claire, à Vilvoorde pour m’aider à choisir un arc qui convienne à la fois à mes besoins et à mes envies. J’opte donc pour un « recurve », en aluminium. Je me sens d’humeur joyeuse et opte pour une palette de couleurs vives entre le bleu et le rose. Ça ira bien avec le mauve anderlechtois du t-shirt. 🙂

 

During the next training, Flupke reminds me how to shoot a good way, in order that I get directly use to the good reflexes with my brand new bow. He also offer me to choose some feathers for my arrows. I opt again for blue and pink ones. Akilas becomes officialy my mentor, and Pierre-Yves shows me how to paste the tips. Tomorrow, he will also show me how to paste the feathers. For sure, I am well surrounded.

Lors de l’entraînement suivant, Flupke veille à ce que j’adopte dès le départ les bons réflexes avec mon nouvel arc. Il me montre plusieurs fois de quelle façon lâcher ma corde. Il me propose également de choisir des plumes pour mes flèches. J’opte une fois de plus pour du rose et du bleu. Akilas officialise son parrainage et Pierre-Yves m’apprends à coller les pointes de mes flèches. Demain, il me montrera également comment coller les plumes. Le moins qu’on puisse dire, c’est que je suis bien entourée.

 

Et voilà l’empennage d’une flèche terminé. Well done!

 

 

Professionally speaking, I progressively make my boxes. The Group HR departure will actually move to the building across the street. Mentally, i also prepare myself to leave the company, as my temporary job is supposed to end at the beginning of April. I would prefer to stay. Since I work at Puratos, I discovered, via SuccessFactors, the Human Resources universe, and more specifically, how to deal with talents. My field of vision is enlarging to other HR aspects, such as « Learning & Development », or « Recruitment ». I’d like to know what does the corresponding modules look like. I would like also to keep this contact with the world, and keep teaching to colleagues how do those modules work. Furthermore, I start to feel comfortable enough with Dutch to may follow a conversation, even by phone. I would consider as a real pity to stop there this linguistic immersion at the time it become really interesting.

Côté professionnel, je fais tout doucement mes cartons. En effet, le département « Group HR » déménage dans le bâtiment d’en face. Mentalement, je me prépare aussi à quitter la boîte pour de bon, car mon contrat d’intérim devrait prendre fin début avril. Je n’ai pas envie de partir. Depuis que je travaille chez Puratos, j’ai découvert, entre autre via SuccessFactors, le monde des ressources humaines, et plus particulièrement la gestion des talents. Mon champ de vision s’ouvre vers d’autres aspects des R.H., comme la formation continue et le recrutement. J’ai envie de savoir à quoi ressembleront les modules qui s’y rapportent. Je voudrais aussi garder ce contact avec le monde, et avoir de nouvelles occasions d’enseigner à mes collègues le fonctionnement des différents outils RH. De plus, je commence enfin à me sentir à l’aise lors d’une conversation en néerlandais, même au téléphone et je trouverais vraiment dommage de mettre fin à cette immersion linguistique au moment où elle commence tout juste à porter ses fruits.

Never mind! My bow has got more than one string. Here again, I am well surrounded. Working in HR aware you about the job opportunities, and gives you the best notices ever. Guess who passed the master level of the Hudson tests? 

See you soon, and thanks for following my adventures.

Hugs, 

Cath.

Qu’à cela ne tienne! J’ai plus d’une corde à mon arc. Ici aussi, je suis bien entourée. Travailler en RH, ca permet d’être rapidement au courant de l’ouverture de certains postes, et de recevoir des conseils avisés de la part des collègues. Devinez qui a récemment réussi les tests Hudson niveau master?

À très bientôt, et merci de suivre mes aventures.

Bisous,

Cath.