Il leur faut plus de place!

Ma sœur aînée s’y connait beaucoup mieux que moi en plantes. Elle a un jardin potager. Je lui ai demandé si elle accepterait de devenir la marraine de Gisèle. À ma grande joie, elle a tout de suite accepté. Et dès les premiers jours, elle a pris son rôle de marraine fort au sérieux! En voyant les photos de Gisèle, elle m’a dit « Mais il lui faut plus de place! ».  Alors j’ai été acheter des pots un peu plus grand, pour Gisèle et Neville (qui grandit à une de ses vitesses! Sapristi!)

Je craignais une sorte de traumatisme pour mes plantes, mais j’ai tout de même pris mon courge heu pardon, mon courage à deux mains, et j’ai rempoté!

Concernant Neville, je n’ai pas hésité fort longtemps. Un butternut a certainement besoin de beaucoup de place pour se développer. Et un tas de graines se développaient. Je l’ai aussi rempoté cette fois dans 4 pots différents. Par curiosité, j’ai laissé une graine toute seule dans le grand pot, et mis plusieurs graines dans les autres. L’expérience m’a clairement montré que, comme me l’avait dit ma grande soeur, une plante a besoin d’espace pour s’épanouir.

 

Mid-term training in Kazimierz.

Hello everybody, 

Such a nice week of training in Kazimierz. I have met only nice people. I’am sad that it’s already finished. I really felt like on holliday, and it’s was thanks to all of you 🙂 I love you all. <3 <3  I am already missing each of you. Vite, vite, se revoir tous! À Wrocław ou Elbląg, ou n’importe où d’autre.

Salut à tous!

Je viens de passer une super semaine de formation à Kazimierz! J’aurais voulu que ça ne s’arrête jamais tellement c’était bien. C’est bien simple, on n’arrivait pas à se dire au revoir tellement on avait envie de rester ensemble encore un petit peu. On s’est dit au revoir à chaque bus qui arrivait à l’arrêt, jusqu’à ce que le nôtre arrive enfin.

Kazimierz est un village près de Cracovie. Une légende dit que le diable s’y était installé et volait toutes les poules et coqs de la région, et que l’arrivée de moines combinée à l’impossibilité pour Satan de voler un dernier coq noir l’a complètement dégoûté de rester là. Depuis on trouve peluches et pâtisseries en forme de coq sur le marché du village. Une autre légende dit que le roi Kazimierz était amoureux d’une jeune fille juive et que parce qu’elle était juive, elle n’avait pas le droit d’être anoblie et donc de devenir reine. Les amants se voyaient donc en cachette par un souterrain. Le roi n’a jamais eu d’héritier légitime.

On était installé dans un hôtel en pleine nature. Un cadre vraiment idyllique. Fallait monter les escaliers dans la forêt pour y arriver. Ça m’a rappelé qu’un peu de sport ne me ferait pas de tort. 🙂 (à ce propos, je compte enseigner la natation à ceux qui le souhaitent, ici, à Lodz, mais je vais d’abord vérifier auprès de Kobiety Office si c’est le genre de projet qu’ils sont prêts à financer.)

Pendant cette formation, on a été invité à réfléchir à qui on était. Quels étaient nos rêves étant enfants? Qu’en a-t-on fait aujourd’hui? Qu’est-ce que notre séjour en Pologne nous a apporté? Et qu’est-ce que nous avons pu apporter à notre pays d’accueil? Quels avaient été les plus beaux moments ou les plus importants jusqu’ici? Quel pourcentage de notre temps passe-t-on à différentes choses? Etc.

On a également eu une matinée workshop, où chacun pouvait se proposer d’animer un atelier pour les autres. J’ai proposé un atelier massage, David un atelier où l’on pouvait poser toutes nos questions à propos des avions, et un autre sur la guitare, Adrian un Atelier de « Yoga Dynamique »^^, José un Power-point sur l’éducation, bref, ça partait dans tous les sens. Il y avait autant de sérieux que de rigolo.

Le soir, on allait souvent au village, prendre une glace ou un verre. Et la musique nous a donné envie de danser comme des fous. Par deux fois, aussi, on a eu droit à un barbecue. Je ne sais pas de quoi sont faites les saucisses d’ici, mais elles ne sont définitivement pas les mêmes que dans mes Ardennes Belges. Après une heure par dessus les braises, toujours pas de saucisse qui chante. Par contre, de par mon expérience scoute, j’étais à peu près la seule à ne pas manger de saucisse cramée. 🙂

Pour rentrer à Lodz, on est passée par Lublin. L’architecture vaut le détour. C’est très joli. Dommage qu’on ait pas pu s’y poser un peu plus longtemps.

 

 

Cette formidable aventure se termine malheureusement par 5 heures de bus, mais pour passer le temps, nous rêvons déjà de la suivante.

Crédit : Fanny Banor
Crédit : Fanny Banor

 

Pour la première fois, je comprends un film en polonais, sans sous-titres

Coucou tout le monde,

Je vais toujours très bien. 🙂
Je viens d’aller voir « Uups! » avec Krzystof. C’était en polonais sans sous-titre, mais puisque c’est avant tout un dessin animé, j’ai compris le plus gros de l’histoire.

Les animaux se rassemblent devant l’arche de Noé avant l’inondation. Malheureusement, certaines espèces animales ne sont pas admises. C’est le cas du héros de cette histoire. Un jeune chépakoi qui jusqu’alors vivait avec son père dans le désert. L’espèce est plutôt douée en bricolage, et semble également plutôt aimable avec les autres animaux. Il n’y a pas vraiment de raison de les abandonner à un sort funeste… Le petit et son père parviennent tout de même à entrer dans le bateau en se déguisant en ? loups peut-être? rejoignant la louve et sa petite, qui ne sont pas très contentes de voir embarquer ces deux intrus. Mais les petits s’habituent vite l’un à l’autre et jouent ensemble sur les échafaudages tant que l’arche est à quai. …

Oups! Le niveau de l’eau grimpe, les portes se ferment, et l’arche part sans les jeunes. À bord du bateau, les parents s’inquiètent, et commencent à fouiller chaque pièce…

Beaucoup d’humour, pas mal de scènes qui plairont aux habitués des jeux vidéos (si, si, je vous assure! )
J’ai rigolé du début à la fin.

Nous avons ensuite discuté chanson autour cette fois d’une bonne (ça va de soi) frite belge.

… ça vous dit quelque chose?

Code de la route polonais

Au mois dernier, je pensais encore qu’après quelques temps d’adaptation à mes nouveaux lieux de vie et de travail, je pourrais profiter de mon temps libre pour m’exercer un peu à la conduite automobile. Bien sûr, tant qu’à faire, j’attendrais la fin de l’hiver.

Et puis, si globalement, ça a l’air pareil qu’en Belgique, ce ne serait peut-être pas un mauvais plan de tout de même apprendre le code d’ici. En bonne autodidacte, je tâche de capter les différences majeures entre le code belge et le polonais. Voici, pour vous, une liste non-exhaustive des principales différences à connaître entre la conduite en Belgique et la conduite en Pologne.fond ecran Gaston Lagaffe 06

1) Les véhicules ont tous l’air vieux de 50 ans. Ils ne possèdent pas d’enjoliveurs. Ils ont des vieux freins qui crissent. Ils rejettent tant de CO2 qu’on peut voir le gaz d’échappement. Si en Belgique, on a parfois une gadoue brunâtre, sachez qu’ici, à la fin de la journée, la neige fraîche du matin est noire.

2) Le feu pour piétons attend systématiquement que mon tram soit parti avant de passer au vert.
– Vous connaissez ces petits boutons à proximité des passages piéton, et qui permettent de demander le vert? Il y en a ici aussi. Est-ce une bonne nouvelle? Ils sont aussi efficaces qu’en Belgique!

3) Les conducteurs d’automobiles se moquent pas mal des passages piétons. Même lorsque le feu piéton est vert, une voiture peut venir de gauche à toute allure, et vous couper la route.

4) En Belgique l’ordre des feux est simple :
– vert : tu peux y aller
– orange : ralenti pour pouvoir freiner
– rouge : tu ne passes pas.

En Pologne, après le rouge, ils repassent par l’orange, comme pour dire : tu peux remettre le moteur en marche.

5) Il existe un feu piéton orange. Mais je pense qu’il s’adresse aux voitures du point trois.

6) Le feu piéton couine lorsqu’il est vert. Peut-être pour les personnes malvoyantes. Mais vu le point trois, …

7) Les feux pour voitures, ont parfois, comme en Belgique des flèches, selon la bande sur laquelle on se trouve. Sauf qu’ici c’est flèche noire sur fond coloré. Et quand on a le choix entre tout droit et à gauche, la flèche va en bas et à gauche… Alors qu’à côté de ça, les panneaux bleus indiquant une voie à sens unique, ont comme chez nous une flèche blanche vers le haut.

Mais qu’est-ce qu’on attend pour établir un code de la route Européen? Avec la libre circulation en Europe, ça devrait être une des premières choses à mettre en oeuvre, bien avant de changer les plaques des voitures!

8) Plaque d’immatriculation au format européen? Ils ne connaissent pas! Ou alors, c’est parce qu’ils gardent leur véhicule beaucoup plus longtemps que nous.


 

Je ferais peut-être mieux de commencer par apprendre le polonais.

Retour à Lodz après une semaine bien chargée à Varsovie.

C’est le matin, je me réveille.

Chouette! me dis-je. Il n’est que 7h… J’ai tout le temps devant moi pour m’apprêter avant d’aller au boulot.

Quelques minutes plus tard, j’arrive à l’arrêt de tram. Quelques voitures du siècle dernier passent devant moi, recouvertes d’un fin manteau de neige.

Zut alors, je croyais que l’hiver était fini!

Peu de monde sur la route ce matin. C’est curieux. D’accord, je me suis levée tôt mais tout de même. Et puis, le tram est déjà passé trois fois dans l’autre sens,…

Qu’est-ce qu’il se… Bon Sang!

Un rapide coup d’œil sur mon G.S.M. a vite fait de dissiper le moindre doute.
Vous me connaissez bien. Vous avez donc deviné. Hé oui! On était dimanche.


 

Comment expliquer qu’une jeune femme, pourtant bien réveillée et de bonne heure de surcroît, ait pu prendre un dimanche pour un lundi? Plusieurs facteurs entrent ici en jeu:

– La dite jeune fille est d’origine belge. Elle est donc habituée à prendre le train le dimanche soir, pour rentrer au kot;
– Comme elle étudiait encore il y a peu, la logopédie à Marie Haps, on peut supposer sans trop s’avancer qu’elle avait oublié le concept même de « grasse matinée »;
– Enfin, le samedi de son retour était particulièrement ensoleillé. On sait que la jeune fille communique principalement en anglais avec ses collègues. Quoi de plus normal, donc, que d’avoir pris un « sunny day » pour un « Sunday »? Et par conséquent un dimanche pour un lundi.


 

Ceux d’entre vous qui me connaissent depuis longtemps savent qu’autrefois, je n’aurais remarqué ma méprise qu’au dernier moment. Je ne peux donc que me réjouir de l’issue de cette mésaventure. D’autant plus que cette envie d’aller travailler, même un dimanche matin, ne dénote finalement rien d’autre qu’un amour certain pour mon boulot.

Petit Tapety l’oiseau fait son nid et autres trucs amusants

P1020476
Petit Tapety l’oiseau fait son nid…

Sur la ligne du tram, entre mon appart et le bureau, il y a un bâtiment avec l’inscription « Tapety ». Une bonne petite blague m’est venue à l’esprit. C’est « petit tapety l’oiseau fait son nid ». D’ailleurs, ne vous en faites pas, des photos de mon nid douillet arriveront très bientôt.

D’ailleurs, voici de quoi patienter:

 

Avouez-le! Étant petit, vous avez joué avec des Duplo.
On vous a pourtant enseigné qu’il ne fallait pas jouer avec de la nourriture. 🙂

duplo

Vous pensiez que les nic-nac étaient des biscuits? Raté! Ce sont des crac-a-nut!

nicnac

 

 

Et enfin, rien à voir avec un jeu de mot, mais je ne vois pas bien où caser ce genre de truc: Céline, si tu as besoin d’une bonne raison de venir me rendre visite en Pologne, je peux t’en donner une excellente! 🙂
P1020435