emménage, fais le ménage, déménage, … je suis en nage!

What’s up? The month of may has been rainy, even stormy. But no matter the flood, I started to look for a flat, closer to my jobplace. Thanks to my relatives, I could stay a bit in Brussels, as long as needed to find a cosy nest. 

Het regende wel in mei, een echte zwembad! Maar onbevreesd, startte uw lieveling avonturierster een nieuwe apart te zoeken, naast Puratos. Bedankt mijn oom, tante en mijn schattige broertje, kunde ik in Brussel te blijven slapen lang genoeg om een fijn apart te vinden.

Quoi de neuf, du côté de votre héroïne préférée? Le mois de mai a été pluvieux, orageux, même. C’est le moins qu’on puisse dire! Malgré le déluge, je me suis mise en quête d’un lieu de vie plus proche de mon lieu de travail. Grâce au soutien de mes oncle et tante, ainsi que de mon petit frère adoré, j’ai pu loger à Bruxelles quelques semaines, le temps de trouver un bon petit nid bien douillet.

20160606_173519

I also went back to Poland for Fotofestiwal. Łódź remained practically the same. The main difference is that the tram station under construction previous year is now finished and functional. It looks nice. Another difference : my EVS friends have left the city :'( . I just saw Tayfun (he lost weight, by the way 🙂 ) But the city has definitly not the same flavour outside the EVS context. No feeling of « home sweet home » anymore. No keys anymore. No more polish class on Tuesday morning. No more dedicated place to sit, or to leave my luggage (after hours in the plane and car, verdomme!)…

Ik ben ook naar Poland terug gegaan om aan de Fotofestiwal deel te nemen. Łódź is dezelfde gebleven. De enige verschil is dat het tramstation die vorig jaar onder constructie was is nu functioneel. Het is heel mooi. Er was toch een andere groote verschil uit mijn oogpunt. Mijn EVS vrienden die daar niet meer waren. :’( Ik heb juist Taifun terug gezien (hij heeft trouwens gewicht verloren 🙂 ). Maar het stad had zeker niet dezelfde smaak uit de EVS verband. Geen “home sweet home”. Geen “te huis” gevoel. Niet meer Poolse les op dinsdag morgen met Michalina. Even ter werk had ik geen kantoor waar ik kunde mijn zaken laten liggen. (Na huren op rijs, ‘domme!)

Je suis aussi retournée en Pologne pour le Fotofestiwal. Łódź est restée pratiquement la même. Seule différence majeure, c’est que la station de tram qui était en construction l’an dernier est à présent terminée et fonctionnelle. C’est très joli. Autre différence : mes amis EVS qui avaient disparu de la circulation. :'( Je n’ai revu que Tayfun (qui a perdu du poids! 🙂 ) Mais la ville n’avait définitivement pas la même saveur hors contexte. Geen thuis! Plus de « Chez-moi », plus de cours de polonais le mardi matin avec Michalina… Même au bureau, je n’avais plus d’endroit où poser mes sacs (après des heures de voyage, sapristi!)…

Piłsudskiego estakada.

I have been welcomed by Zuza, my mentor. She lives in the flat of her grand parents, and has just make some renovations. Fortunately, she started after my return to Belgium.The weather was really great (ładna pogoda!), and thanks to Zuza I could discover Zgierz, a city in the North of Lodz, that has got an hedgehoge and a tour as symbols. I told her that I have got some polish colleagues, and hope to keep my language level. We also played scrabble. I was a bit surprised when I saw the letters. I guessed that the repartition would have been different, but I didn’t expected to have accented letters, like the ł, ć, ś, ź, ż. 

Ik was door Zuza, mijn mentor, onthalen. Zij leeft nu in het apart van haar grootouders en heeft juist ontwikkeling werken gedaan. Gelukkig voor mij, het had nog niet gestart toen ik kwam. Het weer was heel mooi, en ik heb dankzij Zuza het dorpje van Zgierz, in de noord van Lodz ontdekken. Die dorp heeft een egel en een fort als symbolen. Ik heb aan Zuza gezegd dat ik polsen collega’s heb en zou graag mijn enkele Poolse kennissen niet te verloren. Wij hebben ook met scrabble gespelen. Wat een verrassing! Ik dacht toch wel dat de tegels zou verschillende zijn, maar niet op die manier. Inderdaad, hebben ze geaccentueerde letters, zoals ł ć ś ź ż ó. 

J’ai alors été accueillie par Zuza, ma mentor, qui a récupéré l’appart de ses grands-parents et vient à présent tout juste de finir des travaux d’emménagement. Heureusement pour moi, ils n’étaient pas en cours lors de ma visite. Il a fait super beau, et j’ai découvert grâce à Zuza la ville de Zgierz, un peu plus au nord de Lodz, et qui a pour symboles une forteresse et un hérisson. Je lui ai dit que j’avais des collègues polonais, et que j’espérais pouvoir entretenir mes quelques connaissances. Nous avons aussi joué au scrabble. J’ai été surprise en voyant les lettres. Je me doutais bien que la répartition serait différente, mais je ne m’attendais pas à ce que les lettres soient accentuées.

After a first night, I could find back some benchmarks in Lodz : the « international boat of culture » festival, Samu, Cata, and also Krzysiek. It was nice. I like the atmosphere that exist there. It’s all about mind opening, culture, sharing. You alltimes come back from this festival with some new ideas. 

Na de eerste nacht, kunde ik toch een paar andere vrinden terugvonden. Samu en Cata van het “international boat of culture”, en dan, Krzysiek. Het was heel fijn. Ik houd van het atmosfeer die daar staat. Alles is over ruimdenkendheid, culturele verschillen, uitwisseling. Daaruit komen we echt verrijkte.

Après une première nuit de sommeil, j’ai tout de même retrouvé quelques repères à Lodz : l’international boat of culture, Samu et Cata, et puis Krzysiek. C’était sympa. J’aime bien l’ambiance qu’on trouve à ce festival. Tout tourne autour de l’ouverture d’esprit, la différence culturelle, le partage. On peut vraiment en ressortir enrichi.

At my return, it was still raining in Belgium. (‘ you kidding me?) and I went back on the track to look for a flat. I learned something about internet : You may access plenty of free stuff, that everybody can access, but if you are looking for something more precise, something unique, you should be ready to pay for it. I suscribed for a premium account on the website appartager.be and the miracle happened. I still try to understand where is the trap. 🙂 Can you imagine this : for less than 500€/m all fees included, at less than one hour by foot from my job, with enough transportation meaning, a big room, with nice flatmates, in a nice square. So clean. 🙂 It’s so good! !! 😉

Toen ik kwam terug w belgii, was het stil regende (serieus?) En ik heb voortgezet mijn zoekopdrachten. Ik heb iets geleerd over het internet gebruik: Daar mag men veel dingen gratis vinden, maar als je wou iets unieke, of erg precies vinden, dan heb je daarvoor te betalen. Ik heb voor een premium account op appartager.be betaald en het wonder opgetreden. Ik vraag me af waar de scam is. Ik heb een echte parel gevonden: naast Brussel, minder dan 500€/maand, ongeveer 40 minuten te voet naar mijn werk, maar ook met vervoermiddelen, een groote kamer, leuke kamerburen, een mooi district. Alles is proper en opgeruimd.

À mon retour, il pleuvait encore sur le sol belge (sans blague!), et j’ai continué mes recherches. J’ai appris une chose à propos d’internet : On y trouve énormément de choses gratuites, auxquelles tout le monde a accès. Mais lorsqu’on a une idée précise de ce que l’on veut, il faut, pour l’obtenir, être prêt à en payer le prix. J’ai souscrit à un compte premium sur appartager.be et le miracle s’est produit. Je me demande encore où se cache l’arnaque. 🙂 J’ai trouvé un vrai bijou. Une perle. Imaginez-vous : à Bruxelles, pour moins de 500€/mois TCC, à moins d’une heure à pied de mon boulot, mais bien désservi en transports en communs, une grande chambre, dans une collocation sympa, dans un chouette quartier. Tout est propre, rangé, confortable. Le pied.

fanny et moi

I am not the only one to travel : Fanny, my favourite Breton, has come from Budapest in Brussel to visit me (and some other friends). And there, near to Brussels South station, EVS atmosphere came back for some hours. This invites me to visit everybody. I ‘d like to start with Sicile. 🙂

Ik ben niet de enige meisje te reizen. Fanny, mijn schattige Bretonne is door Budapest gekommen om mij te bezoeken. En daar, naast het zuidstation, heb ik het sfeer van mijn EVS teruggevonden. Het geef mij zin in iedereen te gaan bezoeken. Ik zou graag naar Sicile te gaan tijdens mijn volgende vakanties.

Je ne suis pas la seule à voyager : Fanny, bretonne de mon coeur, est venue de Budapest me rendre visite. Et c’est là, à proximité de la gare du midi, que j’ai retrouvé l’ambiance de mon EVS. Comme quoi! 🙂 ça me donne envie de revoir tout le monde! J’irais bien faire un petit tour en Sicile lors de mes prochaines vacances 🙂

As I dont loose anymore two time a day 2:30 hours in the bad smelling familiar to shuttling people, I gained some time and a new energy to do some sport. With my little brother, we try to go to the swimming pool every Saturday. Last time, I have been swimming during more than one hour! It was funny to realised that I had forgot how to perform in swimming, but it was finally coming back! As I do again some sport, I quicly lost the weight gained during my stay in Poland. As I lost weight, I started back to cook. People say you can gain one’s heart by taking care of his stomach. My flatmates already adopted me. I even had a deal with Selim : I do the cakes, he washes the dishes. And as I dared to eat some disgusting canned-bolognese sauce in front of him, he proposed me (or rather, he forced me) to cook an authentic bolognese: tomatoes, garlic, oignons, … I know I will love the place. :p

Als ik verloor niet meer elke dag s ’morgens en s ‘avonds twee uren dertig in de pendelen stank, ben ik terug vol van energie. Daarom zwom ik graag op Zaterdag’s morgen met mijn broer. Het latste keer, heb ik meer dan een uur gezwommen. Ik heb opgemerkt dat na een paar minuten de technische bewegingen die ik had vergeten terugkomen. Dankzij het sport, heb ik ook gewicht verloren. Daarom mag ik lekkere zelf-gebakte koekjes eten. Is er een beste manier om door zijn kamergenoten adopteren te worden, dan keuken? Ik heb zelf al een akkoord met Selim gedaan. Ik bak de koekjes, hij doet de afwas. En als ik durfde een beruchte jam bolo saus naast hem te eten, heeft hij mij aangeboden een echte, artisanale, bolo-saus samen te koeken. Ik weet dat ik zal van die plaats wel houden. <3

Comme je ne perds plus deux heures et demies matin et soir dans la puanteur familière aux navetteurs, je retrouve du temps et une énergie nouvelle s’empare de moi. Je me suis remise au sport! Avec Guigui, on va nager les samedis. La dernière fois, j’ai fais une heure de brasse! C’était marrant de constater qu’au bout d’un moment les mouvements techniques réapparaissaient alors que je les avais oubliés. Comme je refais du sport, j’ai vite perdu le poids gagné à Lodz de février à novembre dernier. Et comme j’ai perdu du poids, je me suis remise aux fourneaux. Rien de tel qu’une délicieuse tarte brésilienne pour être adoptée par mes nouveaux colocs. J’ai déjà passé un accord avec Sélim : je fais les pâtisseries, il fait la vaisselle nécessaire. Et comme j’ai osé consommer devant lui une infâme sauce bolo en bocal, il m’a proposé (ou plutôt, imposé) qu’on fasse notre prochaine bolo ensemble, et de manière artisanale : tomates, ail, échalottes, … je sens que je vais me régaler! :p

20160831_203302

Wrocław

Bonjour à tous,

Ce weekend, avec Sashi et Fanny, nous avons été à Wrocław (prononcez « vrotswaf »), rendre visite à quelques copains rencontrés lors de notre mid-term training (à savoir : Alex, David, José, Marcio). C’est une ville située à 160 km au sud-ouest de Łódź. C’est aussi la 4ème ville la plus importante de Pologne, après Warsovie, Cracovie et Lodz. Enfin, Wroclaw est la capitale européenne de la culture de 2016, titre qu’elle partage avec St Sébastien, en Espagne.

Wrocław - Łódź

Les nombreux cours d’eau de la ville lui ont valu le surnom de « Venise Polonaise » ou encore « Venise du Nord ». Hé oui, comme Bruges! Je me demande combien de pays ont leur Venise rien que parce qu’il s’y trouve beaucoup de rivières.  L’architecture est par ailleurs assez semblable à ce qu’on trouve dans le plat pays.

 

Wroclaw est aussi une ville parsemée de nains, souvent en rapport avec les lieux. Par exemple, celui derrière les barreaux de la fenêtre est à proximité de la prison.

Alex, qui vit sur place,  s’est proposé d’être notre guide.  C’est-à-dire, qu’il nous a entraîné aux quatre coins de la ville. Et comme toujours avec Alex, c’était dynamique! Hop hop, la cathédrale! Hop hop, le pont aux cadenas! Hop hop, le lac! Hop hop, les meilleures glaces de Wroclaw! Hop hop, hop…

(Merci à Fanny et Sashi pour les photos)

Au soir, nous nous sommes donné rendez-vous auprès des fontaines, pour un spectacle son et lumière.

Fanny a fait une vidéo, mais elle est trop importante pour être postée ici. Je vais donc essayer de vous décrire le spectacle d’un point de vue plus technique.

spot fontaineDans l’eau, plusieurs jets de fontaines, chaque fois entouré de spots lumineux colorés, et je crois, orientables. Les techniciens jouaient ainsi avec les couleurs, et la puissance des jets d’eau pour faire un véritable spectacle, du style « waves bars » dans Windows Media Player.

À un moment donné, on avait un véritable rideau d’eau devant les yeux, et des images y étaient projetées. (Comme au festival Spirou de l’an dernier).

Je pense que ce serait vraiment épatant d’avoir un tel spectacle le jour de la finale du fantôme, à La Roche. Imaginez, vous êtes dans le parc de Rompré, ou sur le parking du casino, et vous voyez, dans l’Ourthe, un spectacle de fontaines, avec Berthe qui apparaît sur le rideau d’eau, et dans le ciel, un feu d’artifice! Du spectacle des yeux à la tête, de l’eau, du feu, du son, de la lumière. La totale, quoi! Ce serait juste énorme. 😀

Pour la première fois, je comprends un film en polonais, sans sous-titres

Coucou tout le monde,

Je vais toujours très bien. 🙂
Je viens d’aller voir « Uups! » avec Krzystof. C’était en polonais sans sous-titre, mais puisque c’est avant tout un dessin animé, j’ai compris le plus gros de l’histoire.

Les animaux se rassemblent devant l’arche de Noé avant l’inondation. Malheureusement, certaines espèces animales ne sont pas admises. C’est le cas du héros de cette histoire. Un jeune chépakoi qui jusqu’alors vivait avec son père dans le désert. L’espèce est plutôt douée en bricolage, et semble également plutôt aimable avec les autres animaux. Il n’y a pas vraiment de raison de les abandonner à un sort funeste… Le petit et son père parviennent tout de même à entrer dans le bateau en se déguisant en ? loups peut-être? rejoignant la louve et sa petite, qui ne sont pas très contentes de voir embarquer ces deux intrus. Mais les petits s’habituent vite l’un à l’autre et jouent ensemble sur les échafaudages tant que l’arche est à quai. …

Oups! Le niveau de l’eau grimpe, les portes se ferment, et l’arche part sans les jeunes. À bord du bateau, les parents s’inquiètent, et commencent à fouiller chaque pièce…

Beaucoup d’humour, pas mal de scènes qui plairont aux habitués des jeux vidéos (si, si, je vous assure! )
J’ai rigolé du début à la fin.

Nous avons ensuite discuté chanson autour cette fois d’une bonne (ça va de soi) frite belge.

… ça vous dit quelque chose?

Gauffe de Liège, Gaufre de Bruxelles, Gofr Lodzowe

J’étais avec Krzystof au « french potatoes » à Manufactura samedi dernier. C’est désormais officiel : les français ne savent pas préparer les frites. S’il y a de la patate là dedans, c’est drôlement bien caché, parce que ça ressemble plutôt à de l’huile de friture carbonisée… Malheureusement, la cuisine française a ses lettres de noblesse, ce qui fait que l’on trouve plus souvent des frites à la française qu’ à la belge dans les autres pays d’Europe, dont la Pologne. C’est tellement dégoûtant que ça vous coupe l’appétit du dessert.

Elles avaient pourtant l’air bonnes, ces gaufres.

Je lui ai alors parlé des gaufres belges, et plus spécifiquement des gaufres de Liège et de Bruxelles. Alors aujourd’hui, avant d’aller au Comic Book Center, Krzystof m’a proposé de goûter une gaufre de Lodz. 🙂

Physiquement, ça a l’allure bien rectangulaire d’une gaufre de Bruxelles, mais c’est plus savoureux. La texture et le goût me rappellent en fait les biscuits qu’on sert avec de la glace (mais cette impression est peut-être renforcée par la quantité de crème fraîche).

Par contre, les gaufres de Liège et de Bruxelles sont servies chaudes. Celle de Lodz m’a été servie cuite, mais à température ambiante.

La gaufre de liège se caractérise par ses délicieuses perles de sucres et ses tendres arrondis, celle de Bruxelles par son manque aberrant de saveur, celle de Lodz par son croquant et son goût de biscuit pour crème glace.

Destrooper
En fait, la gaufre de Łódż, c’est comme si un biscuit Destrooper essayait de se déguiser en gaufre de Bruxelles

 

 

 

 

 

 

 

 

Assez parlé cuisine. Place au Comic Book Center. J’espérais retrouver tous mes héros, apprendre des mots en polonais rien que parce que je connais les histoires par coeur, …  et en fait, je n’en ai retrouvé que très peu.
Primo : ma BD, c’est d’abord Dupuis, ensuite Casterman, Dargaud et le Lombard. Ici, le mec avait surtout du Soleil.
J’ai tout de même réussi à dénicher un Thorgal (tout de même, c’eût été  malheureux, quand on connait le pays d’origine du dessinateur), un Largo Winch, et j’ai proposé « Exit » a Krzystof car l’histoire ressemble un peu à Hunger Games : manger ou être mangé, la dure loi de la nature. J’aurais bien voulu lui présenter « SOS bonheur » aussi, mais le type ne l’avait pas.

Un point positif tout de même : le libraire-bibliothécaire avait quelques BDs en Français, et même en « Belge » selon ses dires (il m’a en fait montré « Thorgal : la gardienne des clefs » en néerlandais)

… Je crois que beaucoup d’étrangers ne connaissent de la Belgique que la flandre.

 

Multiculturalité intensive

Hello. Je reviens de l’intercamp de Nysa où j’ai rencontré des scouts de différents pays : USA, Autriche, Pays-bas, Belgique, Pologne, Suisse, Pakistan, France… J’ai ainsi découvert que le scoutisme a une multitude d’identités. Il existe sans doute autant de façon de vivre le scoutisme que de scouts. Et certaines valeurs qui me semblaient « scoutes » m’apparaissent maintenant comme propres à mon unité, voire propres à moi-même. Sur le coup, c’était plutôt dérangeant, mais avec le recul, je me rends compte que c’est beaucoup plus riche ainsi, et qu’en confrontant mes valeurs à celles des autres scouts, je peux ajuster ma définition du scoutisme.

Venir en Pologne, pour presque un an, c’était déjà un défi : apprendre une nouvelle langue, une autre manière de vivre, intégrer de nouvelles valeurs culturelles. L’intercamp est la suite logique de ce processus. Pour chaque scout présent, il s’agissait de parler une multitude de langues dans une même journée, de s’adapter à chaque interlocuteur, d’oublier complètement son patrimoine et de recréer quelque chose, tous ensemble. En voici un exemple rigolo : les organisateurs voulaient nous inciter à trier nos déchets, et nous proposaient trois poubelles. Mais tout le monde n’a pas grandi avec le même code couleur. Bien sûr, il y avait des étiquettes sur les poubelles mais elles étaient rédigées en polonais, ce qui fait que seul un tiers de la population locale pouvait comprendre. Sans doute l’anglais ou l’utilisation de pictogrammes aurait été plus judicieux, toujours est-il qu’il a fallu s’adapter. Généralement, les scouts regardaient le contenu de chaque poubelle pour savoir où jeter leurs déchets, et le tri avait tout de même plus ou moins lieu, même si cela ne respectait pas le code polonais.
Cela m’apprend que finalement, c’est la culture, plus que la langue, qui nous freine lors d’échanges internationaux, alors que cette même culture est nécessaire pour acquérir une première langue.
Alors, vivement qu’on uniformise tous ces détails. 🙂

Apprendre une nouvelle langue et vivre en immersion est également fatiguant les premiers jours. Alors switcher de l’une à l’autre ! Je ne vous dis pas le melting-pot que ça a été. Quelle frustration de ne plus savoir aligner trois mots de néerlandais auprès de mes compatriotes flamands. Pour une raison qui m’échappe, certains mots viennent plus facilement dans une langue que dans une autre, mais aucune langue ne ressortait comme « favorite ». Au lieu de dire « ja » je disais « tak ». Au lieu de dire « Come here guys » je disais « Kom maar hier », and so on… Il n’y a vraiment qu’en français que je pouvais parler sans difficultés. Comme quoi on peut être bon dans une langue, rien n’équivaut à la maîtrise que l’on a de sa langue maternelle. Je me demande à quoi c’est dû. Peut-être faut-il s’immerger un certain temps dans une langue pour en devenir un parfait locuteur. Probablement 3 ans, puisque c’est à cet âge qu’un enfant maîtrise suffisamment sa langue maternelle que pour entrer à l’école. Ça vaudrait la peine d’étudier le sujet.

De même, c’est assez rigolo d’avoir des cours de polonais donnés en anglais. La plupart du temps, le vocabulaire est assez simple, et je peux écrire en anglais la traduction d’un mot polonais, mais parfois, je repasse par le français. C’est assez dangereux car cela augmente la probabilité de perdre des fragments de sens. Aussi, quand j’ai un peu de temps libre, je vérifie dans un dico franco-polonais que la façon dont j’ai traduit est bonne. Je me demande à quoi ressemblent les connexions neuronales dans mon cerveau face à ce genre d’exercice. De quelle manière les signifiants sont-ils reliés à leurs signifiés ? Existe-il des réseaux parallèles (un pour chaque langue) ? Et tous reliés au réseau de base ? Mais du coup quand j’apprends le polonais via l’anglais est-ce que ça donne une connexion du genre SaPL→SaEN→SaFR→Sé? Avec de temps en temps des raccourcis SaPL→SaFr→Sé ? Il y a aussi sûrement des mots en langue étrangère dont je saisi directement le sens sans repasser par le français par exemple, le mot « tak » je suppose que les connexions neuronales ressemblent à : SaPL→Sé. Je n’imagine même pas comment cartographier tout ce bazar. Encore qu’un modèle en 3D devrait pouvoir illustrer tout ça. Mais si on s’intéresse aussi aux régions qui traitent de la grammaire, ou de la culture lié à chaque langue, ou encore, aux muscles vocaux qui travaillent ou non selon la langue. Que tout cela est complexe et drôlement bien foutu. 🙂

Varsovie 04/05

Hello. Ce matin, après le petit déjeuner, nous étions invités à nous rendre directement près de la réception, prêts à partir. Nous avons visité le tout nouveau musée juif. Il retrace 1000 ans d’histoire juive. Ça fait du bien de pouvoir apprendre autre chose des juifs que WWII (même si bien sûr, c’était présent). Le musée était énorme. Aux murs, on pouvait lire des explications en polonais et en anglais. L’audio-guide n’est encore disponible qu’en anglais, polonais et hébreu. J’avoue m’être sentie un peu perdue dans la masse d’information. En effet, le texte au mur est différent de ce que l’on a dans l’audio-guide, et lorsqu’un guide passait près de moi, il disait encore autre chose. J’étais à peine arrivée au tiers de la première salle que Pati m’a dit de me dépêcher un peu, car le musée était grand, et que l’on n’avait que jusque 12h10 pour le visiter. Le problème c’est que lorsqu’on se dépêche, dans un musée… hé bien, on ne lit plus rien. Et donc on n’apprend rien non plus, aussi interactif que puisse être le musée. Si quelqu’un qui aime l’histoire et les musées vient me rendre visite en Pologne, ça me plairait d’y retourner. (gratuit le jeudi).

Dans l’après-midi, nous avons présenté nos recherches sur la culture polonaise (donc la musique en ce qui concernait mon groupe). J’ai épaté mon groupe par ma maîtrise du logiciel PowerPoint (alors que ce n’est même pas la version que je maîtrise le mieux 😀 ) Point de vue contenu, par contre, J’aurais aimé présenter un meilleur travail, mais notre groupe ne disposait que de 6 heures de recherches, on n’a pas vraiment pu brasser toutes les informations les plus pertinentes. Enfin soit.

Au soir , on a eu une belle surprise. Ania a invité des danseurs traditionnels de Cracovie. Ils nous montraient leurs danses et nous invitaient ensuite à danser avec eux. On s’est bien marré. Marcio a reçu un diplôme car il était le meilleur des 4 garçons à faire claquer le fouet. Et 4 des filles ont du enfiler un corset, et Sacha a gagné une spatule en bois, avec un smiley.

11000047_10206441906152861_3059358996587613096_n
Tous les EVS de la formation, accompagné de danseurs et musicien traditionnels – photo de Marco

 

 

Grâce au Workshop avec Chorea, cette danse-ci m’a semblé un peu plus aisée.

Varsovie 03/05

On s’est bien marré au matin. Notre groupe a été scindé en 2. Mon groupe jouait le rôle d’explorateurs en 2012 qui cherchaient à découvrir les dernières tribus inconnues. On a pu demander ce qu’on voulait pour notre expédition. Le but était surtout d’en apprendre un maximum sur la culture de la tribu à laquelle on serait confronté. On avait quelques appréhensions: cette tribu allait-elle nous accueillir ou bien tenter de nous massacrer? Nous avons donc pris des cadeaux : chocolat, beaux tissus, fleurs… (On avait tout de même peur que ça pue la tentative amadouement, mais avait-on d’autre choix?) Tayfun pensait que prendre des armes serait une bonne idée, pour se défendre en cas d’attaque, mais le reste du groupe voulait vraiment montrer qu’on venait en amis.

Heureusement quand on est arrivé, on a rencontré une peuplade plutôt sympathique (l’autre groupe) Leur langage se constituait du seul borborygme « Frr ». Pour cette raison, nous les avons appelés « Frr-tribe ». Une prosodie proche de la nôtre combinée avec de nombreux gestes nous a tout de même permis de comprendre l’essentiel et ne ne pas commettre d’impair. Ils jouaient de la musique, nous invitaient à retirer nos chaussures. Nous avons donc tous retirés nos chaussures avant de pénétrer leur territoire. Sacha est entrée la première. Elle leur a montré du chocolat, en a mangé un morceau pour leur montrer que c’était comestible. Elle a alors été invitée à nourrir Joan et Marco. Tayfun et Marcio ont été surpris car Marta leur faisait signe de remettre leur chaussures. Il y avait visiblement une nette distinction homme-femme pour cette tribu. Ils ont été invité à s’asseoir et à retirer leurs chaussures pour mettre leurs pieds sur la chaise d’à côté. Nous avons pensé qu’il s’agissait d’une de ces vieilles tribus où l’homme domine la femme. De mon côté, j’ai offert une fleur en papier crépon à Angela, qui semblait ravie. Puis les filles se sont agenouillées devant Marco et les filles de notre groupe ont fait de même. Marco avait des vêtements dorés et mettait carrément ses pieds sur la table. Nous avons dès lors pensé qu’il était le chef. Joan de son côté se déplaçait entouré de deux filles, et nous avons pensé qu’il était un genre de chaperon, peut-être un eunuque.

Puis, Ania nous a invité à retourner chacun de notre côté. Nous devions alors noter toutes nos observations. Sans forcément nous mettre d’accord. Ensuite, nous nous sommes à nouveau retrouvés pour échanger ce que l’on avait compris les uns des autres, malgré la frontière linguistique. Éclats de rires au menu. Il y avait bien une distinction homme-femme, mais pas comme nous l’imaginions.
En fait, les femmes tiraient leur pouvoir de la divinité Terre-mère Gaïa. C’est pour acquérir du pouvoir qu’elle se mettaient à genoux. Les hommes de leur côté étaient plutôt handicapés. Ils ne pouvaient se déplacer seuls, car faibles. C’est pourquoi Joan se déplaçait à l’aide des filles et que Marco évitait à tout prix de bouger. Nous nous sommes aperçus alors que nous n’avions rien compris à leur culture.

Ania nous a expliqué que ce que l’on voit, et qui nous semble étrange est souvent la partie visible de l’iceberg, et que des comportements familiers peuvent avoir une toute autre signification. Pour éviter les malentendus, il faut tenter de comprendre ce qu’il se trouve dans la partie cachée de l’iceberg : le patrimoine, les croyances, l’héritage, …

 

Dans l’après-midi, nous avons constitué des équipes en fonction de nos centres d’intérêts. Notre groupe à choisi de présenter « la musique en Pologne ». Nous avons d’abord consulté une carte de Varsovie, pour savoir où chercher les informations utiles. Ainsi, nous nous sommes rendu à quelques mètres de notre auberge de jeunesse, dans une radio locale, pour demander quels étaient les derniers tubes polonais à la mode. Nous sommes ensuite partis en ville demander aux gens le type de musiques qu’ils écoutaient. Ce n’était pas facile. Peu de gens en Pologne osent parler l’anglais. (D’après Ania, ils ne s’estiment locuteurs que s’ils maîtrisent vraiment le vocabulaire et la grammaire d’une langue, pas question de bafouiller quelques mots). Après avoir interviewé quelques personnes, nous avons visité le musée Chopin.

Le soir, j’ai profité de mon temps libre pour mettre en forme les infos dans un PowerPoint. Puis nous sommes sortis entre amis dans ce pub que nous avait recommandé notre guide de la veille. J’ai été surprise quand la serveuse m’a apporté une soupe aux tomates plutôt qu’un jus. J’avais pourtant tenté de passer commande en polonais. Mais bon, au final c’était rigolo plus qu’autre chose.