Service Volontaire Européen – Chorea

J’ai travaillé pour la compagnie théâtrale Chorea, à Łódź, en Pologne, en tant que bénévole dans le cadre du Service Volontaire Européen, pour une période de 9 mois.

Chorea m’a demandé de lui chercher des partenaires dans toute la francophonie. C’est-à dire, des compagnies théâtrales francophones proposant le même type d’activités qu’elle.

La première étape était donc de connaître la compagnie pour laquelle je travaillais. Mon boss m’a proposé de parcourir le site internet, d’une part pour en apprendre plus sur la compagnie, et d’autre part, pour relever les incohérences, les fautes, … pour suggérer des améliorations.

J’ai alors suggéré de traduire le site web en français, pour être certaine de passer en revue chaque élément du site et afin de faciliter les contacts avec les partenaires. Feu vert.

J’ai alors constaté que la version polonaise du site était parfois plus détaillée que la version anglaise. La raison est simple: la version anglaise du site date un peu, alors que la version polonaise est régulièrement mise à jour. J’ai essayé de traduire depuis le polonais vers le français lorsque ça me semblait vraiment plus complet mais la plupart des textes sont rédigés par les artistes ; ils sont donc parsemés de jeux de mots, de tournures de phrases plus poétiques que grammaticales. La tâche est ardue. Surtout que je n’ai pas encore toutes les bases de la grammaire polonaise. En 4 mois, je n’ai vu que le nominatif et l’accusatif des noms et adjectifs. On n’a à peine touché au pluriel. Et je connais peut-être 300 mots? Pour l’heure, je repars donc de la version anglaise, dans l’espoir que ce ne soit que partie remise.

Lors de mes traductions, je m’aperçois que certains textes (notamment celui sur l’oratorium dance project) reviennent sur différentes pages, quand d’autres éléments (comme les différents festivals ayant eu lieu) mériteraient un lien hypertexte renvoyant sur leur propre page. Moins d’une semaine après que je n’ai soumis l’idée, je trouvais une nouvelle page « Festiwal » dans la version polonaise (Dans la version anglaise, l’onglet est bien là, mais le texte s’y trouvant ne correspond pas. Erreur de la part du webmaster.)

Toujours dans l’optique de me rapprocher de la compagnie, et d’assimiler sa philosophie de travail, j’assiste à tous ses spectacles. Je prends des photos et vidéos. Avoir des photos de qualité est vraiment difficile. D’une part parce que je n’ai qu’un appareil photo familial à ma disposition; ensuite parce que la scène est souvent plongée dans l’obscurité, et qu’on me demande de ne pas utiliser de flash (ça déconcentre les acteurs); et enfin, parce que les acteurs jouent beaucoup avec le rythme et bougent sans arrêt. Je me retrouve donc à mitrailler toute la soirée ; le lendemain, à supprimer une flopée de photo floues, à recadrer lorsque un acteur n’est pas encore trop flou, ou encore à capturer des images depuis les vidéos. Augmenter le format de l’image n’est d’aucune utilité.

Comme il s’agissait de volontariat, j’avais des journées de 6 heures. Cela me laissait assez de temps pour apprendre le polonais, réviser l’anglais à l’aide de Wallangues.be, ou encore partir à la découverte de la ville, son histoire, et ses musées.

Cette expérience m’a appris que mes idées étaient appréciés et concrétisées. Grâce à cette audace, j’ai découvert certaines de mes forces, de mes atouts sur le marché du travail. J’ai également développé mes connaissances en anglais et appris les bases du polonais. D’autre part, le fait d’être entourée de volontaires de toute l’Europe m’a appris les bases de la communication non violente et j’ai pu reconsidérer certaines règles de vie en société que je pensais universelles. Je ressors donc de cette expérience avec une plus grande ouverture d’esprit, et une plus grande confiance en moi.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *